Visite du musée des Télécoms

Si nous gardons en mémoire le sketch du regretté Fernand Raynaud sur le 22 à Asnières, cette sortie pour la découverte et la visite du musée des télécoms et organisée dans le cadre du rapprochement des ateliers Balad’ô découverte et astronomie, a été pour le moins épique.
Direction toujours par co-voiturage vers le parc relais de Bougnard, ou nous apprenons l’arrêt du fonctionnement de cette ligne (tiens c’est bien la première fois) s’en suit un problème de rassemblement suite aux capharnaüms des travaux actuels. De là, direction parc relais Mérignac pour prendre ligne A puis descente hauteur place Pey Berland avec prise de la ligne B où nous faisons un premier regroupement. Redescente Quinconces pour enfin prendre ligne C où nous retrouvons nos camarades venus d’une commune poche, puis après 1h15 de transport en partie debout, nous arrivons enfin à notre destination finale ou nous retrouvons Bernard et Michel. Ouf nous sommes au complet et avons évité de passer par Asnières.
C’est donc fort d’un contingent de 15 jeunes retraités que nous commençons la visite de ce musée situé près du quartier des chartrons, crée en 1983 et occupant l’ancien central téléphonique sur une surface de 1000 m2. Mis en service en 1958 avec 5000 lignes, ce central a fonctionné jusqu’en 1983.
Du télégraphe optique de L. Chape au 19° siècle en passant par celui électrique du morse ou encore de l’invention par G. Bell en 1876 pour finir de nos jours par l’avènement du portable, notre guide fort de quelques explications pratiques, nous a tout retracé. La visite ayant pris fin après plus de 2 heures de commentaire, nous avons pris la direction de la place Paul Doumer à la recherche d’un bar pour se désaltérer, où nous n’avons trouvé aucun débit de boisson mais une petite pluie fine nous incitant à reprendre le tram pour retour sur Pessac avec un seul changement. Un grand merci à notre toujours jeune et fringant guide. Pour les deux ateliers, Hervé Dumas.

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.