Les rues

plan quartier monteil site

Le quartier du Monteil est composé d’une mosaïque d’anciens villages et quartiers. Cliquez sur le +  devant le nom du quartier pour ouvrir et voir toutes les rues du quartier et Cliquez sur pour refermer.

Page en cours de construction

Le Monteil

Articulé autour de la place du Monteil ce quartier regroupe plusieurs lotissements qui ont été construits à des époques différentes du 20ème siècle entre la Place du Monteil et la voie ferrée : le clos du Monteil 1968, l’ensemble Place du Monteil, Le parc d’Atys et les résidences Puccini et Verdi en 2002.

 

 

Avenue des ACIÉRIES : Initialement construite en 1916 par les Aciéries et Fonderies de Pessac pour approvisionner les usines d’armement de la guerre 14-18, l’usine sera rachetée puis réorganisée par Joseph Sarthoulet qui va créer en 1923 la Société Anonyme des Aciéries de Bordeaux, laquelle travaillera pour les constructions navales, ainsi que pour les entreprises de travaux publics. D’importantes extensions seront réalisées en 1935, comme par exemple des ateliers d’usinage et d’ébarbage, ainsi que la construction de deux maisons doubles qui firent office de logements d’ouvriers. La proximité d’un embranchement ferroviaire a favorisé l’essor de ce site industriel sur une surface de 40 000 m² et qui comportait notamment deux ateliers de fabrication avec four électrique, formes et moules pour réaliser des pièces de 1 kg à 3 tonnes et une fonderie. L’usine comptait 200 ouvriers hautement qualifiés en 1921. Cet effectif se réduisit à 110 en 1957, puis à 60 en 1970 et enfin 20 en 1978, année de la fermeture. À partir de cette période, le matériel fut vendu et les ateliers désaffectés.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : rue Xavier-Arnozan – Longueur : 310 m – Anciennement : chemin du Pont de l’Orient

Rue Antonin ANTOUNE : Antonin Antoune et son frère Ferdinand étaient propriétaires terriens à Madran. Antonin était adjoint au maire de Pessac, en 1896, il a inauguré la ligne des tramways électriques de Pessac.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : rue Xavier Arnozan – Longueur : 297 m – Date de la délibération : 13/03/1926 – Anciennement : chemin de la Prade

Claude Bernard

Allée Claude BERNARD (1813-1878) : Médecin et physiologiste, connu pour l’étude du syndrome de Claude Bernard-Horner. Il est considéré comme le fondateur de la médecine expérimentale. On lui doit les notions biologiques de milieu intérieur et d’homéostasie.
Tenant : avenue Henry-Frugès – en impasse – Longueur : 156 m – Date de la délibération : 14/11/1991

Allée CHALLIER : Cette voie porte probablement le nom d’un habitant du quartier, Pierre-Louis Chalier (1856-1937), ferblantier de son métier, propriétaire du Plantier du mas. L’orthographe a été transformée lors de la délibération municipale. [Archives municipales de Pessac et Bordeaux]
  Tenant : avenue Pasteur – en impasse – Longueur : 200 m

Allée Du Professeur FLEMING (1881-1955) : Alexander Fleming était un biologiste et un pharmacologiste écossais. Il a publié de nombreux articles concernant la bactériologie, l’immunologie et la chimiothérapie. Ses découvertes les plus célèbres sont celle de l’enzyme lysozyme en 1922 et celle d’une substance antibiotique appelée pénicilline qu’il a isolée à partir du champignon Penicillium notatum en 1928, découverte pour laquelle il a obtenu le Prix Nobel partagé avec Howard Florey et Ernst Chain en 1945.
Tenant : allée du Professeur-Roux – en impasse – Longueur : 70 m

Avenue de la FORGE : Forge installée en 1916 pour les usines d’armement de la guerre 14-18.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : avenue de la Châtaigneraie – Longueur : 500 m – Date de la délibération : 22/06/1989

Pierre Jeanneret

Allée JEANNERET (1896-1967) : Pierre Jeanneret, architecte et designer suisse, cousin et proche collaborateur de Le Corbusier. Son rôle fut très important dans tous les projets même si l’on a souvent tendance à l’oublier. Ensemble ils ont édité en 1926 un manifeste « Cinq Points vers une Nouvelle Architecture » qui servit de ligne de conduite à leur esthétique architecturale.
Tenant : rue Antonin-Antoune – Aboutissant : avenue Henri-Frugès – Longueur 92 m

 

 

Edward Jenner

Rue Du Professeur JENNER (1749-1823) : Edward Jenner Naturaliste et médecin anglais. Après ses études, il s’installe dans sa ville natale comme médecin de campagne. C’est lui qui débarrassa l’humanité de la variole, introduite en Europe par les invasions arabes, à la suite de l’épidémie de la Mecque en 572. Dès 1775, Jenner commence ses recherches sur la variole par l’étude de la vaccine des vaches. En 1796, Edward JENNER pratique la première inoculation du vaccin contre la variole. On commence à vacciner à Londres d’abord, puis dans différents pays d’Europe.
Tenant : rue du Professeur Roux – en impasse – Longueur : 53 m

 

Jean Mette

Place Jean METTE (1906-1941) : Fusillé le 24 octobre 1941 à 35 ans, numéro 26 sur la liste générale des fusillés. Ajusteur mécanicien il travaille dans diverses entreprises de l’automobile. Il devient militant communiste. En 1940, il est embauché aux usines Peugeot  à Mérignac (400 ouvriers). Il ne tarde pas à reconstituer l’organisation syndicale illégale et le Parti communiste, pour assurer la diffusion de tracts appelant à la résistance et au sabotage de la production. La direction, inquiète, informe le commissaire spécial Poinsot. Le 15 février 1941 Jean Mette est arrêté et conduit au camp de Mérignac, Jean Mette sera fusillé au camp militaire de Souge le 24 octobre 1941.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : avenue Pasteur – Longueur : 36 m – Anciennement : place du Monteil

Place du MONTEIL : Le nom du Monteil est mentionné pour la première fois en 1466, juste après la guerre de Cent Ans. Pessac comptait 50 à 60 familles (350 habitants) alors que Bordeaux en comptait 30 000. Au Monteil, il y avait moins de 10 familles. L’origine du mot Monteil n’est pas certaine, mais elle pourrait provenir d’un monticule sur lequel il y avait un moulin à vent pour moudre le blé des terres de cultures appartenant à l’abbaye Saint-Seurin.
Tenant : avenue Henri-Frugès – Aboutissant : avenue Pasteur – Longueur : 205 m

Louis Pasteur

Avenue PASTEUR (1822-1895) : Pasteur est un scientifique français catholique,chimiste et physicien de formation, et un pionnier de la biologie. Il effectua de remarquables travaux sur la stéréochimie puis il se tourna vers l’étude de la fermentation ; il montra que la génération spontanée des microbes n’existait pas. Il réalisa une méthode de conservation des bières (la pasteurisation). Il découvrit le staphylocoque et après d’innombrables difficultés, le vaccin contre la rage qui lui valut la gloire en 1886. Ces travaux furent couronnés par la création de l’institut Pasteur en 1888.
Tenant : place du Général-de-Gaulle – Aboutissant : Place de la Cinquième-République – Date de la délibération : 13/03/1926 – Longueur : 4887 m

 

Pierre Paul Émile Roux

Allée du Professeur ROUX (1853-1933) : Pierre Paul Émile Roux est un médecin, bactériologiste et immunologiste français. Il fut un des plus proches collaborateurs de Pasteur (1822-1895), et fonda avec lui l’institut Pasteur ; il découvrit le sérum antidiphtérique, la première thérapie efficace contre cette maladie.
Tenant : allée Jeanneret – Aboutissant : rue du Professeur-Jenner – Longueur : 120 m

Allée des trois lavoirs : Ainsi dénommée car il y avait trois puits avec margelles où les lavandières venaient laver le linge. Longtemps la lessive s’est faite au bord de la rivière sur une pierre inclinée ou une simple planche et sans abri. A la fin du XVIIIème siècle un besoin d’hygiène croissant se fait sentir. A cause de la pollution industrielle et des épidémies, les premières constructions de lavoirs ont vu le jour. Cela s’est accentué avec la loi du 3 Février 1851 qui vote un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30 % la construction des lavoirs. C’est l’endroit où les femmes se retrouvaient une fois par semaine ou plus et où l’on échangeait toutes les dernières nouvelles du village voire de la région.
Tenant : rue Henri-Frugès – en impasse – Longueur : 210 m – Date de la délibération : 11/07/1995

Vivaldi

Allée VIVALDI (1678-1741) : violoniste et compositeur italien, il est également reconnu comme l’un des plus importants compositeurs de la période baroque, en tant qu’initiateur principal du concerto de soliste genre dérivé du concerto grosso. Aujourd’hui, certaines de ses œuvres instrumentales, et notamment les quatre concertos connus sous le titre « Les Quatre Saisons » comptent parmi les plus populaires du répertoire classique.
Tenant : avenue Pasteur – en impasse – Longueur : 135 m – Date de la délibération : avant 06/2001

Allée René VRINAT (1896-1938) : René Vrinat était l’ingénieur du chantier de la construction des maisons Le Corbusier à Pessac. Il travaillait pour la société Summer qui a pris la suite de monsieur Frugès suite à des malfaçons de construction. Il a été payé en nature avec la maison « 4 rues des arcades à Pessac ». Il a reçu la médaille du mérite social.
Tenant : rue Henri-Frugès – Aboutissant : allée des Trois-Lavoirs – Longueur : 48 m – Date de la délibération : 11/07/1995

 

Pape Clément

Proche des vignes du Château pape Clément. Ce quartier s’est construit progressivement sur des terres à vignes revendues par les propriétaires  du Pape Clément. On y trouve deux lotissements importants : le Lotissement le Monteil (situé entre la rue profond, l’avenue Pasteur et la rue Larouillat, ce grand terrain provenant de la société du Pape Clément fut transformé  en lotissement en 1955) et Le village de France (ainsi dénommé  par les habitants) est situé entre l’avenue Sainte Marie et la rue Condillac. Ce lotissement composé d’environ 40 habitations a été  créé en deux  tranches, la première la plus importante (31 maisons) a été construite en 1979, et se trouve située tout au long de la rue du Pape Léon. La deuxième  tranche  quant à elle construite  en 1981 composée de 8 habitations est située dans l’allée des Vignes. Au centre de ce lotissement subsiste le Château pape Léon (qui aurait  dû être démoli à cette  époque pour construire d’autres maisons)

 

Guillaume Apollinaire

Rue Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918) : De son vrai nom Wilhelm Albert Wlodzimierz Apolinary de Waz-Kostrowicki, est un écrivain naturalisé français (né polonais). C’est l’un des principaux poètes français du début du XXe siècle, auteur notamment du Pont Mirabeau. Il écrit également des nouvelles et des romans érotiques. le cubisme, poète et théoricien de l’Esprit nouveau, et précurseur du surréalisme dont il a forgé le nom. Il a écrit : Alcools, recueil de poèmes composés entre 1898 et 1913, l’œuvre du marquis de Sade en 1909. Le Poète assassiné, contes, 1916.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : rue Profond – Longueur : 130 m

Rue du CABERNET : Le cabernet est un cépage français. Cépage mondialement connu grâce aux grands crus de Bordeaux, il est devenu l’un des cépages les plus répandus dans le monde. Il pousse dans la plupart des pays viticoles dans un éventail de climats allant du Canada au Liban. Il doit sa reconnaissance internationale au vignoble de Bordeaux où il est souvent assemblé avec du merlot et du cabernet franc.
Lotissements : Clos de l’Orient et Clos de Noès – Tenant : rue des Vendanges – en impasse – Longueur : 70 m – Date de la délibération : 18/10/1983

Condillac

Rue CONDILLAC : Etienne Bonnot de Condillac (1714-1780) philosophe français. Il est ordonné prêtre en 1740. Il fréquente les philosophes : Rousseau qu’il connaît depuis 1739, Diderot avec qui il dîne souvent, Voltaire et d’Alembert avec lesquels il correspond. En 1746, paraît son Essai sur l’origine des connaissances humaines; le Traité des systèmes est publié en 1749 et le Traité des sensations en 1754.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : avenue du Pont-de-l’Orient – Longueur : 194 m – Date de la délibération : 04/10/1958 – Anciennement : chemin de Ruette du Maigre, puis chemin Sainte-Marie, puis rue Antonin Antoune

Le lycée Pape Clément

Rue du LYCEE : Attendu depuis de nombreuses années, le lycée d’enseignement général et technologique de Pessac a pu accueillir à la rentrée de septembre 1986, près de 700 élèves. Les travaux ont débuté en février 1985 ; il fut entièrement livré comme prévu le 2 janvier 1987. Financé par l’état et la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), ce lycée, présenté comme le lycée de l’an 2000, fut inauguré le 9 juillet 1987 par le premier Ministre Jacques Chirac. Il se trouve à quelques mètres du château Pape Clément.. Préparant à tous les bacs généraux, à 3 baccalauréats technologiques (2 tertiaires – 1 industriel) mais aussi à l’Abitur depuis l’ouverture en 1992 de la Section Franco-allemande, il offre chaque année de forts bons crus. Cette réussite, les étudiants de BTS Électronique et ceux de BTS Technico-commercial (ouvert à la rentrée 2001) sont aussi très nombreux à la rencontrer après avoir reçu un enseignement ouvert sur les technologies nouvelles et enrichi de fructueux contacts avec des entreprises Pessacaises. Lieu de savoir, le Lycée est aussi lieu de vie et de convivialité pour la jeunesse qui le fréquente. Le projet éducatif est centré sur la qualité des relations et de la vie scolaire : suivi attentif des élèves, importance du dialogue, diversité des activités de culture dont le CDI est le centre incontournable, mais aussi sportive autour de l’AS et de loisirs dans le cadre du foyer, sans oublier l’ouverture sur le monde plus que jamais nécessaire : le lycée de Pessac entretient des relations d’amitié et d’échange avec plusieurs lycées européens. En 2004 une extension du lycée fut construite pour augmenter la capacité d’accueil et passer à plus de 1400 élèves. Le lycée Pape Clément a l’ambition de préparer au mieux ses élèves aux réalités de demain. Pour y réussir, il a les atouts de sa jeunesse et de son dynamisme.
Tenant : avenue du Pont-de-l’Orient – Aboutissant : rue des Vendanges – Longueur : 100 m

Avenue Paul MONTAGNE : Paul Joseph Montagne, précédemment connu sous le nom de Montagne et Béziat, ingénieur agronome bordelais, maire de Pessac du 04/04/1941 au 26/06/1943 est propriétaire du vignoble de Madran En 1939 il rachète le domaine du Château Pape-Clément qui devait être loti, il va préserver l’essentiel du domaine et reconstituer l’encépagement, il a mis 20 ans pour avoir un bon vin ; Il a présidé la nomination de la 46ème Rosière (Eliane Hosteins) en 1942.
Tenant : avenue du Docteur-Nancel-Pénard – Aboutissant : avenue du Docteur-Nancel-Pénard – Longueur : 540 m – Anciennement : chemin de Madran

Pape Léon XIII

Rue du PAPE LÉON : Vers 1880, Monsieur Mondet (1834/1919), architecte et propriétaire, entre la place du Monteil et le château Pape Clément, fi t bâtir un château dans le même style que son célèbre voisin le Pape Clément qu’il n’hésita pas à appeler « Château Pape Léon ». Ce facétieux, ami des arts, agit sans doute par référence à Léon XIII, pape de l’époque, progressiste et pro-républicain, connu pour sa fameuse encyclique dans laquelle il condamna la misère engendrée par le libéralisme industriel. Il fut surnommé le « Pape des ouvriers ».
Lotissement Village de France – Tenant : rue Condillac – Aboutissant : avenue Sainte-Marie – Longueur : 200 m – Date de la délibération : 03/06/1982

Rue des POISSONNIERS : Au Moyen Age, les marchands de poissons du bassin d’Arcachon venaient livrer le bourg de Pessac (qui à cette époque se trouvait à l’emplacement actuel du quartier du Poujeau) avant de reprendre leur route à la hauteur des Échoppes, d’où l’origine de la rue des Poissonniers.
Tenant : rue Condillac – en impasse – Longueur : 376 m

Avenue du PONT DE L’ORIENT : L’actuelle avenue du pont de l’Orient s’appelait chemin d’Ornon en l’an 1600. Nous n’avons pas trouvé d’éléments plus précis sur le nom de cette rue, nous savons que le chemin traversait le Peugue, il devait y avoir un pont au dessus et il se trouvait à l’ouest de Pessac d’où l’Orient.
Tenant : rue Condillac – Aboutissant : Mérignac (avenue Bon Air) – Longueur : 1170 m – Date de la délibération : 13/03/1926- Anciennement : chemin d’Ornon, chemin du Monteil à Mérignac, chemin du Pont de l’Orient

Rue PROFOND : Il y a eu sur les terres du pape Clément V, à cet endroit, une butte féodale « motte du révèrent père en Dieu » d’après les relevés de Léo Drouyn du 7 juillet 1862, à l’angle du chemin profond (actuelle rue profond) et de la rue Larouillat. On l’a appelée rue profond car il y avait un chemin enfoncé prés de la butte d’ailleurs appelé en 1862 « chemin profond ».
Tenant : avenue Sainte-Marie – Aboutissant : rue Larouillat – Longueur : 596 m

Romain Rolland

Rue Romain ROLLAND (1866-1944) : Ecrivain, prix Nobel de littérature en 1915.il a un idéal humaniste et sa quête d’un monde non violent, Il n’atteint la transcendance que dans l’écriture de son œuvre : Danton (1899),Au-dessus de la mêlée (1915). Manifeste pacifiste, Clérambault (1920) Goethe et Beethoven (1930).
Tenant : rue Guillaume-Apollinaire – avenue Sainte-Marie – Longueur : 140 m

Avenue SAINTE MARIE : Appelée ainsi en l’honneur du clos « sainte Marie de Bélair », (XIIIème siècle) qui fut une propriété conjointe au pape Clément V (partie ouest de l’actuel domaine). Le clos sainte Marie relevait alors de sa majesté le roi de France.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : avenue du Pont-de-l’Orient – Longueur : 445 m– Date de la délibération : 13/03/1926 – Anciennement : chemin du Pont-de-l’Orient

Allée DES VIGNES : Rue située à proximité des vignes du château du pape Clément. L’histoire de la vigne et du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l’histoire de l’homme. La Bible fait de Noé le premier agriculteur.
Tenant : avenue Sainte-Marie – en impasse – Longueur : 98 m – Date de la délibération : 03/06/1982


Cité Frugès

La construction de cette cité entre 1924 et 1926 est à l’époque une véritable révolution, tant sur le plan de l’habitat social que sur celui de l’architecture. Elle est le fruit de la rencontre de deux personnalités : celle d’un industriel sucrier, Henry Frugès, et celle d’un architecte urbaniste audacieux, Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier. Le premier, curieux de toutes les innovations artistiques et architecturales du moment, souhaitait loger des ouvriers sur « une vaste prairie entourée de bois de pins, pour y édifier une cité-jardin ». Le second, muni d’un esprit d’avant-garde, avait déjà abordé les problèmes liés à l’urbanisme, l’habitat collectif et les maisons standardisées. La Cité Frugès-Le Corbusier est née de leurs échanges, et particulièrement de la réflexion de l’architecte, qui adopta des principes strictement fonctionnels et des formes géométriques simples et dépouillées. Ce vaste projet n’a pourtant vu se réaliser que 50 pavillons seulement, en 1926. Les quartiers modernes Frugès revêtent une importance capitale d’un point de vue historique, dans la mesure où ils sont à la fois la première cité de logements sociaux, réalisée par Le Corbusier, et son premier projet à grande échelle. C’est en termes de confort et d’esthétisme, pour des logements modestes construits à cette époque, que l’architecte se positionna en véritable précurseur. Quiconque se promenant au cœur de cette cité peut découvrir les 50 habitations réparties en 6 modèles différents : « zigzag », « quinconce », « jumelle », « gratte-ciel », « arcade » et « isolée ». La maison, située 3 rue des Arcades, est classée Monument Historique.

L’œuvre architecturale de Le Corbusier a été inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en juillet 2016. Parmi les 17 réalisations retenues, figure la Cité Frugès de Pessac

 Quartier Fruges Pessac

frugesarcade

Maison de type Arcades

• Rue des Arcades : Les maisons de cette rue située dans la cité Frugès sont de type « Arcades ». La terrasse prend forme au rez-de-chaussée, sous une arcade, comme un patio, dans le prolongement de la maison. L’étage comporte trois chambres et la salle de bains. Les pièces, telles que la cuisine, le séjour et l’entrée, sont au rez-de-chaussée. Les pièces de service sont placées sous voûte. 85 m² de surface habitable pour une maison Arcade. La façade côté rue est terre de Sienne, la terrasse ainsi que la voûte sont blanches. Les maisons associées composent la limite ouest de la cité en un long mur percé de grands vides (les patios) donnant sur le parc voisin.
Lotissement Cité Frugès – Tenant : rue Le Corbusier  – Aboutissant : en Impasse – Longueur 91 m

Xavier Arnozan

Xavier Arnozan

• Rue Xavier Arnozan : Né en 1852, mort en 1928, Xavier Arnozan fut nommé professeur agrégé à la faculté de médecine de Bordeaux. En 1881, il devint médecin adjoint des hôpitaux de Bordeaux, puis directeur du laboratoire d’histologie (1882-1883), et fut chargé en 1885 d’un cours de dermatologie. Il inaugura à Bordeaux l’enseignement de cette science à laquelle il s’était initié à Paris sous la direction d’Esnest Besnier. En 1892, on lui confiait à la faculté la chaire de thérapeutique et il la conserva jusqu’en 1906. Toujours prêt à se rendre utile, le Docteur Arnozan fut élu au conseil municipal et de 1905 à 1925, adjoint au maire.
Tenant : avenue de la Forge – Aboutissant : rue Descartes – Longueur 880 m

• Rue Henri Frugès : Né en 1879, mort en 1974, Henri Frugès est un industriel bordelais qui fit construire les maisons de la Cité Frugès par l’architecte suisse Le Corbusier.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : rue des arcades – Date de la délibération : 1931 – Rectifié le 14/05/2009 – Anciennement : chemin, puis rue des Catalpas

LeCorbusier-260x339

Le Corbusier

Rue Le Corbusier : Né en 1887, mort en 1965, Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier est un architecte, urbaniste, designer, peintre et écrivain. En191, il fonde le purisme, critique du cubisme et retour au dessin rigoureux de l’objet. Ses premières constructions de villas (1922-1929) et des quartiers modernes Frugès à Pessac l’amènent à formuler les « cinq points » d’une architecture nouvelle : pilotis, toit-jardin, plan libre, fenêtre en longueur et façade libre. Dès 1945, pour résoudre les problèmes de la densification des villes, il préconise l’habitat en hauteur dans la verdure comme « unité d’habitation » (Marseille en 1945, Nantes-Rezé en 1952). Il applique les théories du Modulor en réalisant des constructions dont la forte expressivité plastique est jointe à l’usage du béton (chapelle de Ronchamp ; le capitole à Chandigarh en Inde). Chef de file du mouvement moderne, il laisse à la postérité de nombreux écrits
Tenant : rue Xavier Arnozan – Aboutissant : rue Frugès – Longueur 155m            

 

La Bonnette

Au vu du relief de l’époque, le quartier, sans bâtisse, n’était que des prés et son aspect en bordure de la voie ferrée avait la forme d’un petit dôme ressemblant à une bonnette, d’où le nom du quartier. Pour y avoir accès, depuis la route d’Arcachon, il fallait prendre le chemin de la bonnette (actuellement rue de la bonnette) C’était un domaine agricole avec une ferme et quelques pieds de vignes, propriété de Mr Belly. Une grande maison  fut construite en 1870 avec des matériaux de récupération de démolition du cloître de la cathédrale St André de Bordeaux. Cette propriété fut vendue ensuite à Mr Arzac qui fît construire une maison d’habitation et qui porte le nom de « La bonnette » actuellement dans la rue Parmentier. Dans les années cinquante il y avait le scierie Audy qui fut remplacée en 1964 par un lotissement.

• Rue Xavier Arnozan (voir Cité frugès)

• Rue de la Bonnette : Cette rue doit son nom à une maison construite sur un domaine agricole avec une ferme et quelques pieds de vignes, propriété de M. Belly. Une grande maison y fut construite en 1870 avec des matériaux de récupération de démolition du cloître de la cathédrale Saint-André. Cette propriété fut vendue ensuite à M. Arzac qui fit construire une maison d’habitation qui  porte le nom de « bonnette », actuellement dans la rue Parmentier. Dans les années cinquante, il y avait également la scierie Audy qui fut remplacée en 1964 par le lotissement Audy.
Tenant : rue Xavier Arnozan – Aboutissant : avenue Pasteur – Longueur 251 m

• Allée Laennec : René Théophile Hyacinthe Laennec (1781-1826), médecin français, a découvert et vulgarisé l’auscultation et inventé le stéthoscope.
Tenant : rue Xavier Arnozan  – En impasse – Longueur 190 m   

la fayette

La Fayette

Rue La Fayette : Marie Joseph Paul du Motier dit le Marquis de Lafayette (1757-1834) se distingue comme une grande figure militaire française dont le destin est incontestablement lié à celui de l’Amérique.   
Tenant : rue Xavier Arnozan  – Aboutissant : rue Parmentier  – Date de la délibération : 1958   – Anciennement : chemin de la Bonnette – Longueur 210m

• Rue Parmentier : Antoine-Augustin Parmentier (1737-1813) est un pharmacien, agronome, nutritionniste et hygiéniste français. Il  a répandu la culture de la pomme de terre.
Tenant : rue Xavier Arnozan  – Date de la délibération : 1958 – Anciennement : chemin de la Clastre – Longueur 465 m

• Allée Joseph Sarthoulet : Né en 1898, mort en 1988, Joseph Sarthoulet est un industriel français, propriétaire des fonderies et aciéries de Pessac en 1923. Cette usine a travaillé pour les entreprises de travaux publics et les constructions navales. Président des fondeurs du Sud Ouest. 
Tenant :  rue Xavier Arnozan  – En impasse – Longueur 80 m          

schoelcher

Victor Schoelcher

• Rue Victor Schœlcher : Homme d’État français, Victor Schœlcher 1804-1893) est surtout connu pour avoir impulsé l’abolition définitive de l’esclavage en France, via le décret signé par Lamartine le 27 avril 1848.
Tenant : rue Xavier Arnozan – Aboutissant : rue Parmentier – Date de la délibération : 23/09/1993 – Longueur 177 m

         

 

Le Haut Monteil

Sur une parcelle envahie par les herbes et les ronces, on y construisit un lotissement. C’était un grand terrain de forme irrégulière en façade sur la route nationale n° 650 de Bordeaux à Arcachon au lieu dit « le haut Monteil ». Du coté de Madran se trouvait une forêt de pins, Coté Ouest il y a la rocade, Coté Est, on peut toujours voir les vignes du célèbre château, qui d’ailleurs ont été clôturées  une dizaine d’années  après la construction du lotissement. Le terrain dépendait du domaine du château du pape Clément, et mesurait 7 hectares 39. Il a été loti le 12 Février 1958, les terrains ont été mis en vente a partir du 12 Mai 1959. La parcelle appartenait à Monsieur et Madame Touton, qui eux, l’ont obtenue le 4 Décembre 1940 de la société du pape Clément « famille Cinto ». Le lotissement était prévu pour des maisons d’habitation et aussi quelques commerces dans la rue du Maréchal Foch. Une boulangerie et une épicerie se sont installées, mais le commerce ne marchant pas, elles ont très vite fermé.

• Rue Georges Clemenceau : Georges Clemenceau, né le 28 septembre 1841 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée) et mort le 24 novembre 1929 à Paris, est un homme d’État français, radical-socialiste, président du Conseil de 1906 à 1909, puis de 1917 à 1920. Il fut maire du 18e arrondissement de Paris puis président du conseil municipal de Paris au début de la Troisième République, ainsi que député en 1871, puis de 1876 à 1893, siégeant en tant que républicain radical. Défenseur de l’amnistie pour les Communards et anticlérical, il prôna inlassablement la séparation de l’Église et de l’État et s’opposa  à  la  colonisation,  faisant  tomber  le  gouvernement  Jules  Ferry  sur  cette  question. Il prit une part active dans la défense du capitaine Dreyfus. Élu sénateur en 1902, il fut nommé ministre de l’Intérieur en 1906, se désignant lui-même comme le « premier flic de France ». Surnommé « le Tigre », il réprima alors les grèves et mit fin à la querelle des inventaires, devenant président du Conseil de 1906 à 1909. En novembre 1917, il fut nommé de nouveau à la présidence du Conseil et forma un gouvernement consacré à la poursuite de la guerre. Négociateur lors de la Conférence de Versailles, le « Père la Victoire », après avoir promulgué la loi des huit heures, manqua de se faire élire à la présidence de la République en 1920, étant critiqué à gauche et à droite, et se retira de la vie politique. (d’après wikipedia.fr)
Lotissement Haut Monteil – Tenant : rue Maréchal Foch – Aboutissant : rue Jean Racine – Date de la délibération : 1960 – Longueur 218 m

• Rue du Maréchal Foch : Ferdinand Foch (1851-1929), maréchal de France, est un officier général. En 1918, il planifie et mène l’offensive générale qui force l’Allemagne à demander l’armistice. Il fait parti des signataires alliés de l’armistice de 1918.
Tenant : avenue Pasteur – Aboutissant : rue Lacordaire – Longueur 150 m

henri-lacordaire

Henri Lacordaire

• Rue LacordaireJean-Baptiste-Henri Lacordaire (1802-1861), en religion le père Henri-Dominique Lacordaire, est un religieux, prédicateur, journaliste et homme politique français. Restaurateur en France de l’Ordre des Prêcheurs (dominicains), il est considéré aujourd’hui comme l’un des précurseurs du catholicisme moderne. Tenant : rue Jean Racine – Aboutissant rue du Maréchal Foch – Longueur 282 m     

 • Rue Jean Racine : Jean Racine (1639-1699) est un poète tragique français considéré, à l’égal de son aîné Pierre Corneille, comme l’un des deux plus grands dramaturges classiques français. Auteur de Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice (1670), Iphigénie (1674), Phèdre (1677). 
Tenant : rue du Maréchal Foch – Aboutissant : rue Lacordaire – Longueur 165 m                    

jules verne• Rue Jules Verne : Écrivain français, dont une grande partie de l’œuvre est consacrée à des romans d’aventures et de science-fiction, Jules Verne (1828-1905) a écrit : Cinq semaines en ballon, De la terre à la lune, Vingt mille lieues sous les mers (1870), Le tour du monde en quatre vingt jours (1873), Michel Strogoff.
Tenant : rue Lacordaire – En impasse – Longueur 226 m          

 

 

Le Village de Madran

Le nom du village de Madran, vient du nom de Madéran notaire du Pape Clément V. Il donna son nom au village et au cours d’eau qui a sa source dans les vignes du Pape Clément. C’est un affluent du Peugue qu’il rejoint après le cimetière de Pessac. Le village de Madran était le village des vignerons du Pape Clément, il était en face du château côté Mérignac. Une grande partie du village de Madran fut détruite lors de l’aménagement de l’avenue Paul Montagne. La croix de mission de Madran fut installée en 1870, elle se trouvait au carrefour de l’avenue du Pont de l’Orient et de l’avenue Paul Montagne. Elle fut déplacée et se trouve actuellement dans le parc du château Pape Clément devant l’entrée du chai. Elle a été placée là afin d’embellir le parc du château. Cette croix devrait être réinstallée à son endroit d’origine comme on peut voir les autres croix de mission à Pessac ou dans les autres villes de France. Cette croix est un bien public des pessacais (ses) et non privé. La cité qui porte le nom de Madran n’est pas le lieu du village de Madran. Sur cet emplacement il y avait autrefois de la vigne et plus tard des bois. Cette parcelle de terre appartenait au Clos Saint Hubert propriété de Mr Larrue en 1826. Le point culminant se situe au carrefour de l’avenue de Madran et de l’avenue du Bourgailh. Il y avait une borne en pierre ronde d’un mètre de haut. D’après un témoignage de nos anciens qui le tenait de leurs grands parents, à l’époque où Pessac était recouvert de vignes, on pouvait apercevoir le haut du clocher de l’église Saint Michel de Bordeaux. Cet endroit est à 55 mètres au dessus du niveau de la Garonne, hauteur également du clocher. Cette borne fut enlevée lors de l’agrandissement de l’avenue du Bourgailh et de la construction de la rocade.

• Rue du Président René Cassin : René Cassin est né en 1887 et mort en 1976. Il est le défenseur des Droits de l’Homme. C’était un juriste, diplomate, homme politique français. Membre du gouvernement de la France Libre pendant la seconde Guerre mondiale, principal auteur de la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, président de la Cour européenne des droits de l’homme, il reçut le prix Nobel de la paix en 1968.
Tenant : avenue de Madran – Aboutissant Rue du Médecin Colonel Lichtwitz – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 345 m

marcel gayant

Marcel Gayant

• Rue du Sous-lieutenant M. A Gayant : Fils de cheminot, le sous-lieutenant Marcel Gayant est né à Bordeaux le 25/04/1915. Il étudie à l’École de commerce de Bordeaux dont il sort, en 1939, avec la mention TB, il fait son service militaire à Angoulême où il suit le peloton des élèves sous-officiers. Il s’embarque, en janvier 1941 pour Dakar d’où il s’évade pour rejoindre les Forces Française Libres. Il prend part à la campagne de Libye. Il débarque en Provence en 1944 et prend part à la remontée fulgurante sur Lyon. En effectuant la reconnaissance d’un itinéraire miné, il tombe frappé d’une balle en plein front. Il est Compagnon de la Libération.
Tenant : rue de l’Aspirant Jean Rey – Aboutissant rue du capitaine Félix Jacquemet – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 200 m

• Rue du Capitaine Félix Jacquemet : Le Capitaine Félix Jacquemet est né à Bordeaux le 06/04/1915. Il sert de 1939 à 1940 au Groupe de chasse II/8 et est cité à l’ordre de l’armée aérienne en mai 1940. À partir d’octobre 1940, il est chargé de créer, dans la région bordelaise, un réseau de contre-espionnage Il dirige ce réseau jusqu’en 1943 sous le pseudonyme de Jacky Forestier. En février 1943, plusieurs arrestations compromettent dangereusement sa sécurité ; il traverse donc les Pyrénées et l’Espagne et parvient à Alger un mois plus tard ; il demande alors à reprendre sa place dans l’aviation de chasse, est nommé lieutenant puis capitaine pilote. Il est mort pour la France en 1945, en service aérien commandé. Il est Compagnon de la Libération.
Tenant : avenue de Madran – Aboutissant : rue du Sous-lieutenant M. A. Gayant – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 530 m

• Rue du Médecin-colonel Lichtwitz : Le Médecin Colonel André Lichtwitz est né au Bouscat le 31/10/1899. Il fait ses études de médecine à Paris. En septembre 1939, il demande à servir au front et est envoyé comme médecin-chef. Démobilisé au moment de l’armistice, il refuse la défaite et cherche immédiatement à constituer un des tout premiers mouvements de résistance en France. Fin 1941, il s’évade et rejoint Londres par l’Espagne en 1941. Avec la 1ère division des Forces Libres, il participe aux campagnes de Libye, Tunisie, Italie et France, assurant la liaison infanterie-chars  avant  de  prendre  le  commandement  des  groupes  d’assaut.  Il  est  Grand Officier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 1914-1918 et 1939-1945. Après la guerre il deviendra le médecin personnel du général de Gaulle. Ce dernier, dont il est aussi l’ami, lui confie au moment du putsch d’Alger en 1961 un testament politique sous enveloppe « à n’ouvrir que si je disparais ». André Lichtwitz est Compagnon de la Libération. Il est décédé le 19/07/1962 à Villejuif. Il est inhumé à Paris.
Tenant Av de Madran – Aboutissant rue du sous-lieutenant MA Gayant – Longueur 160 m

• Rue du Capitaine Olivier Massart : Le Capitaine Olivier Massard, né à Bordeaux en 1919, fait ses études au lycée de Bordeaux puis à celui d’Arcachon. Passionné d’aviation, il s’engage, en octobre 1939. Début Juillet 1941, il obtient son brevet de pilote de la RAF, sortant parmi les premiers. En février 1943 il abat un FW190 avant d’être promu capitaine. Il est Compagnon de la Libération. Il meurt en mission aérienne au dessus de Djibouti en 1968.
Tenant : Rue du Capitaine Félix Jacquemet – Aboutissant Rue du Pdt René Cassin – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 155 m

• Rue de l’Aspirant Jean Rey : L’Aspirant Jean Rey, né à Bergerac en 1920, est pilote dans l’armée de l’air. En 1939, il est nommé au Maroc. En juillet 1940, arrêté en essayant de rejoindre les forces françaises libres, il est libéré par les alliés en 1942. Engagé dans les forces françaises libres, il combat en Russie dans le groupe de chasse Normandie. Son avion est touché par la DCA allemande, il meurt en mission en 1943. Il est Compagnon de la Libération.
Tenant : rue du Sous-lieutenant Georges Taylor – Aboutissant rue du Médecin Colonel Jean Vialar Goudou – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 150 m

geoges taylor

Georges Taylor

• Rue du Sous-lieutenant Georges Taylor : Georges William Taylor est né en 1924 à Salles en Gironde. De mère française, son père est officier britannique. En juin 1940, à 16 ans, il s’embarque avec ses deux sœurs et son jeune frère à la Pointe de Grave sur un bateau rapatriant des Britanniques. Il s’engage dans les Forces Françaises Libres en avril1941. Trop jeune pour combattre, il est admis à l’École des Cadets de la France Libre. Il est promu aspirant. Volontaire pour les missions dangereuses, le sous-lieutenant Taylor est parachuté en juin 1944 en Bretagne, où il se distingue aux côtés des FFI. Plus jeune officier de son unité, devenue en juillet 1944 le 2e Régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP), il se porte volontaire pour une mission de renseignements demandée par les Américains ; il effectue alors, déguisé en pêcheur, une reconnaissance sur la presqu’île de Quiberon, occupée par 4 000 Allemands, qui lui permet de renseigner le commandement sur l’emplacement des canons de gros calibre. Après une période de repos en Angleterre, le sous-lieutenant Taylor saute avec ses hommes sur la Hollande en 1945 ; il est tué par l’ennemi au cours d’une attaque menée sur l’ «Orange Canal» contre une compagnie SS. Il est Compagnon de la Libération. (d’après le site de l’Ordre de la Libération)
Tenant : rue du Président René Cassin – Aboutissant Rue du Médecin Colonel Jean Vialar Goudou – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 125 m  

• Rue du Médecin-colonel Jean Vialard Goudou : Le médecin colonel Jean Vialard-Goudou est né en 1902 à Frontenac (33). Il suit la voie paternelle en se destinant à la Médecine et entreprend des études à l’École de Santé navale de Bordeaux de 1922 à 1926 ; il en sort avec le grade de médecin lieutenant.  Il choisit de faire carrière dans les Troupes coloniales : il sert en AEF comme aide-major et séjourne à Brazzaville (Moyen-Congo). En 1932 le médecin capitaine Vialard-Goudou est dirigé vers l’Indochine où il passe trois ans. En 1938, promu médecin commandant, il rejoint à nouveau l’AEF et exerce à l’hôpital de Pointe-Noire. C’est là qu’il se trouve au moment de l’armistice et qu’il décide de rallier les Forces françaises libres dès août 1940. Nommé médecin chef de l’Hôpital de campagne des FFL (Hôpital Spears), il participe à la campagne d’Erythrée entre février et avril 1941. Au moment de la campagne de Syrie en juin 1941, il est médecin-chef de la 1ère Division légère française libre sous les ordres du général Legentilhomme. Après la dissolution de la 1ère DLFL (août 1941), le médecin lieutenant-colonel Vialard-Goudou est affecté comme médecin-chef à la 1ère Brigade française libre sous les ordres du général Koenig. Il participe à ce titre à la défense de Bir-Hakeim (27 mai-11 juin 1942). Il réussit à sauver la totalité de ses 250 blessés au cours de la sortie de vive force de la nuit du 10 au 11 juin, faisant charger et décharger les blessés au fur et à mesure de la destruction des véhicules. Il prend part ensuite aux opérations d’El Alamein en octobre 1942 puis à la campagne de Tunisie en mai-juin 1943. Accidenté, il reste six mois dans le plâtre de l’été 1943 jusqu’au début de 1944 avant de reprendre du service à l’hôpital Maillot à Alger. Promu médecin colonel en mars 1944, il rejoint trois mois plus tard la 1ère Armée à Naples pour le débarquement de Provence et devient médecin-chef des « unités non endivisionnées » de la 1ère Armée française. Fin novembre 1944, il est désigné pour réorganiser et remettre sur pied l’École d’Application du Service de Santé des Troupes de Marine du Pharo à Marseille. Il choisit de faire carrière dans les Troupes coloniales et séjourne à Brazzaville. En 1947 il part pour l’Indochine ; rapatrié, il est affecté à l’hôpital Robert Piqué à Bordeaux. Il est décédé en 1970 dans un accident de voiture à Castillon-la-Bataille. Il est compagnon de la Libération. (d’après le site de l’Ordre de la Libération)
Tenant :rue du Sous-lieutenant M. A. Gayant  – Aboutissant : Rue du Sous Lieutenant Georges Taylor – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 230 m

Pour avoir plus d’informations : voir le site de l’Ordre de la Libération

Cité Pape Clément

Cette cité comprenant 268 logements a été construite en 3 lots. La cité Pape Clément 1 (108 logements) date de 1955, elle s’étende de l’Av de Madran à la rue Jules Siegfried. Dans le le dernier lotissement le plus proche de Mérignac construit en 1965 étaient prévus 100 logements, mais aussi un groupe scolaire et un centre commercial qui ne seront jamais construits.

• Place Georges-Louis BuffonNé en 1707, mort en 1788, Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon est un naturaliste, mathématicien, biologiste, cosmologiste et écrivain français. Ses théories ont influencé deux générations de naturalistes, parmi lesquels notamment Jean-Baptiste Lamarck et Charles Darwin. Il eut l’intuition des évolutions des espèces et de la transformation de l’univers. Auteur de L’histoire naturelle, puis des Époques de la nature publiées de 1749 à 1789.
Tenant : rue Bernard Palissy – Aboutissant : rue Lavoisier Date de la délibération : 17/02/1989

paul claudel

Paul Claudel

• Place Paul Claudel : Né en 1868, mort en 1955, Paul Claudel est un dramaturge, poète, essayiste et diplomate français. Il fut membre de l’Académie française. Il était frère de la sculptrice Camille Claudel. Quelques unes de ses œuvres : Cinq grandes odes, L’Otage, L’Annonce faite à Marie, Le Soulier de Satin, Une Voix sur Israël, Figures et Paraboles, L’aime la Bible, La Messe là-bas, Feuilles de saints, Jeanne au bûcher, Le Pain dur (drame en trois actes).
Tenant : avenue Charles Gide – Aboutissant : rue Alexandre Ribot – Date de la délibération : 17/02/1989

• Rue Antoine de Condorcet : Jean-Antoine Nicolas Caritat, marquis de Condorcet est né en 1743 dans une famille noble. Il se distingue comme mathématicien en 1765, par son Essai sur le calcul intégral. Il entre à l’Académie des sciences en 1769 à 26 ans et en devient le secrétaire perpétuel, puis en 1782 à l’Académie française. Il était en fait plus intéressé par les applications mathématiques (Probabilités), en particulier à l’économie et au progrès social, qu’aux mathématiques pures. Il est ami avec Voltaire et d’Alembert. Il rédige pour l’Encyclopédie des articles d’économie politique. Il combat la peine de mort et l’esclavage ; et lutte en faveur de l’égalité des droits. Député à l’assemblée législative, il propose un projet de réforme de l’instruction publique en 1792. Il prévoit cinq niveaux d’instruction : les écoles primaires, les écoles secondaires, les instituts, les lycées, et la Société Nationale des Sciences et des Arts. Proche des Girondins, il ne vote pas la mort de Louis XVI. Lors de la terreur, en prison, il écrit son œuvre principale Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain. Convaincu que les sciences vont connaître un immense développement, il affirme que le progrès de l’humanité peut être assuré grâce à une éducation bien orientée. Condamné à mort en 1794, il s’empoisonne pour échapper à l’échafaud.
Tenant : rue Gay-Lussac  – Aboutissant : rue Henri Fabre – Date de la délibération : 04/10/1958 Longueur 120 m

• Allée Jean-Baptiste Delambre : Né en 1749, mort en 1822, Jean Baptiste Joseph Delambre est un astronome et mathématicien français. Il publie des tables d’Uranus, planète découverte par William Herschel en 1781, ainsi que plusieurs mémoires. En 1792, il devient associé géomètre de l’Académie des sciences, où il est, à partir de 1800, secrétaire pour les sciences mathématiques. Avec Pierre Méchain, il entreprend la mesure d’un arc du méridien de Paris, entre Dunkerque et Barcelone, pour le système métrique. En 1795, il entre au Bureau des longitudes. Il est nommé inspecteur général des études en 1802 et succède en 1807 à Lalande à la chaire d’astronomie du Collège de France.
Tenant : rue Antoine de Condorcet – Aboutissant : rue Albert Laurensson – Date de la délibération : 01/02/1972 – Longueur 195 m

• Rue Descartes : Mais qui est donc René Descartes (1596-1650), l’homme au Cogito ergo sum, dont le nom est devenu synonyme de rigueur mathématique. Etre cartésien, nous dit le Petit Larousse, c’est être méthodique et rationnel. D’une famille de moyenne bourgeoisie (son père est conseillé au Parlement de Bretagne). Il ne connaitra jamais sa mère, décédée des suites de son accouchement. Lui-même sera handicapé toute sa vie par une santé fragile qui le conduira notamment à ne jamais se lever avant 11 heures du matin ! Il a écrit Principe de la philosophie (1644),  Les passions de l’âme (1649),  Règles pour la direction de l’esprit (1628), Discours de la méthode (1637), Méditations métaphysiques (1641).
Tenant : avenue de Madran  – Aboutissant : Mérignac – Date de la délibération :  01/10/1958 – Longueur 750 m

henri fabre

Henri Fabre

• Rue Henri Fabre : Ingénieur français, Henri Fabre (1882-1984) est l’inventeur de l’hydravion. Il se consacra pendant quatre années à la conception, aux essais et à la réalisation d’un aéroplane muni de trois flotteurs. En 1910, en France, au bord de l’étang de Berre, Henri Fabre fit décoller son hydravion, l’appareil parcourut 800 mètres au-dessus de l’étang et se posa sur l’eau : le premier hydravion au monde avait réussi son vol et son amerrissage.
Tenant : rue Lavoisier – Aboutissant : rue Descartes- Longueur 120 m

• Rue Gay-Lussac : Né en 1778, mort en 1850, Louis-Joseph Gay-Lussac est un chimiste et physicien français, connu pour ses études sur les propriétés des gaz. Il découvre ainsi la loi de dilatation des gaz et, quelques années plus tard, les lois volumétriques qui portent aujourd’hui son nom.
Tenant : rue Descartes – Aboutissant : rue Antoine de Condorcet – Longueur 160

• Avenue Charles Gide : Né en 1847, mort en 1932, Charles Gide est dirigeant historique du mouvement coopératif français, théoricien de l’économie sociale, président du mouvement du christianisme social, fondateur de l’École de Nîmes et membre de la Ligue des droits de l’homme. Il était aussi oncle de l’écrivain André Gide.
Tenant : avenue de Madran  – Aboutissant : rue Louis Loucheur – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 150 m

• Rue Albert Laurenson : Il est président de la Fédération des coopératives HLM et l’Union des HLM. À l’issue du conflit mondial, la Fédération nationale des sociétés coopératives se reconstitue sous la présidence d’Albert Laurenson, par ailleurs directeur de la coopérative « Terre et Famille ». Elle ne compte alors qu’une quarantaine d’adhérents sur plus de 800 coopératives d’habitation recensées fin 1949 par le Ministère de la reconstruction et de l’urbanisme.
Tenant : avenue de Madran   – En impasse – Longueur 770 m  

lavoisier

Lavoisier

• Rue Lavoisier : Antoine Lavoisier (1743-1794) est un chimiste, philosophe et économiste français. Il a énoncé la première version de la loi de conservation de la matière, identifié et baptisé l’oxygène (1778), démis la théorie phlogistique, et participé à la réforme de la nomenclature chimique. Il est considéré comme un des pères de la chimie moderne. Il réalise en effet dans sa carrière des expériences scientifiques qui lui permettront de poser quelques uns des principes fondamentaux dans ce domaine. Il découvre ainsi le rôle de l’oxygène dans la combustion, et dans la respiration des animaux et végétaux. L’une de ses plus grandes réussites est également de prouver que même si la matière change d’état au cours d’une réaction chimique, la quantité de matière reste la même au début et à la fin de l’expérience. Il meurt, guillotiné lors de la Révolution.
Tenant : rue  Denis Papin – Aboutissant : rue Bernard Palissy    – Longueur 128 m

• Rue Louis Loucheur : Parlementaire français né à Roubaix le 12 août 1872 et mort à Paris le 22 novembre 1931. Louis Albert Joseph Loucheur est un homme politique français de la IIIe République. Il occupe plusieurs postes de ministre dans les gouvernements de 1917 à 1931.
Tenant : rue Alexandre Ribot – Aboutissant : rue Descartes- Longueur 120 m

• Allée Pierre Méchain : Pierre François André Méchain (1744-1804) est un astronome français. Avec son ami Charles Messier, il est l’un de ceux qui découvrirent le plus d’objets du ciel profond. Pierre Méchain est connu surtout pour avoir découvert une majeure partie des objets du catalogue Messier. Entre 1779 et 1782, il ne découvre pas moins de 29 objets dont il indique la position à son ami Charles Messier, qui les inclut dans son catalogue. Méchain découvre deux comètes en 1781 et détermine leur orbite grâce à ses connaissances mathématiques. En 1781 et 1799, il ne découvre pas moins de sept comètes. Il effectue également, avec Jean-Baptiste Delambre, une mesure de l’arc Dunkerque-Barcelone afin de déterminer précisément le mètre, mais il refuse de communiquer ses mesures à cause d’une anomalie qui l’obsède jusqu’à sa mort. C’est d’ailleurs pour refaire la mesure qu’il retourne en Espagne, où il meurt de la fièvre jaune
Tenant : rue Gay Lussac – En impasse – Date de la délibération : 25/06/1977 – Longueur 130 m

palissy

Bernard Palissy

• Rue Bernard Palissy : Bernard Palissy (né vers 1510, mort en 1589 ou 1590) est un potier, émailleur, peintre, verrier, écrivain et savant français. Il appartient à l’École française de la Renaissance. Dans L’Art de terre, il consigne sa longue lutte pour la fabrication d’un émail français (les Italiens maîtrisant déjà parfaitement ce savoir faire) sans pourtant ne dévoiler rien de sa technique.
Tenant : rue Albert Laurenson – Aboutissant : rue Antoine de Condorcet – Longueur 120 m

• Rue Denis Papin : Denis Papin (1647-1714) est un physicien, mathématicien et inventeur français. Il est connu pour ses travaux sur la machine à vapeur. Il reconnait pour la première fois la force élastique de la vapeur d’eau. En 1707 il expérimente en Allemagne un bateau à vapeur avec quatre roues à aubes. Il imagine également la marmite portant son nom
Tenant : rue Albert Laurenson – Aboutissant : rue Descartes – Longueur 210 m

• Rue CharlesPranard : Charles Pranard (1880-1956) va se dévouer corps et âme au logement social. Docteur en droit, jeune rédacteur au ministère du Commerce, puis du Travail, en 1906, il participe à la mise en place des premières lois sur les HBM. En 1928, il est directeur adjoint de la Santé publique et à ce titre, il est chargé par Louis Loucheur de la mise en oeuvre de sa loi. Proche d’Henri Sellier, il se passionne pour l’urbanisme et devient en 1949, président de la COFHUAT (Confédération française pour l’habitation et l’urbanisme). Ce passionné d’archéologie, de littérature et d’art, est nommé en 1945, conseiller technique auprès du ministre de la Santé publique, chargé de remettre en activité les organismes d’HBM. En 1946, après avoir reconstitué le Mouvement HLM, il est naturellement appelé à sa présidence. Il est, chose peu commune, à la fois conseiller du ministre et président de l’Union.
Tenant : rue Albert Laurenson  – Aboutissant : avenue Charles Gide – Longueur 120 m

• Rue Alexandre Ribot : Alexandre Félix Joseph Ribot (1842-1923) est un magistrat, conseiller d’État et homme politique français. Ministre des Affaires étrangères du 17 mars 1890 au 11 janvier 1893. Ministre des Finances du 26 janvier au 1er novembre 1895, il fait voter la loi Ribot le 10 avril 1908 (création des sociétés de crédit immobilier).
Tenant : rue Charles Pranard  – Aboutissant : rue Jules Siegfried  – Longueur 140 m    

Place Henri Sellier : Homme politique français, Henri Sellier (1883-1943) est maire de Suresnes (Seine) pendant 22 ans, de 1919 à 1941. Sénateur de la Seine de 1936 à 1940, Ministre de la Santé Publique sous le gouvernement de Front Populaire. Sa grande cause est l’amélioration de l’habitat des populations défavorisées. Sa thèse principale date de 1921 : il publie La Crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitat populaire, puis devient le fondateur de l’Association française pour l’urbanisme.
Tenant : avenue de Madran

• Rue Jules Siegfried : Homme politique, Jules Siegfried (1837-1922) s’établit au Havre comme négociant en coton dès 1862. Élu conseiller municipal de cette ville en 1870, il devient Maire du Havre de 1878 à 1886, il y crée le premier bureau d’hygiène de France après avoir fondé une société construisant des pavillons en accession à la propriété. Député républicain à partir de 1885, il fera adopter le 30 novembre 1894, une loi créant les HML, de fait, on peut considérer qu’il en est l’un des inventeurs. En 1892-1893, il fut même Ministre du Commerce et des colonies d’un éphémère Gouvernement RIBOT. Il est également l’auteur de la loi de 1919 sur les plans d’aménagement et d’extension des villes. Avec son épouse, Julie Siegfried, il lutte pour le vote des femmes.
Tenant : rue Albert Laurenson – Aboutissant : rue Descartes- Longueur 210 m

 

Ferme Expérimentale Est

Ce quartier compris entre l’avenue de Noès et la rue de la Fon de Madran se trouve à l’emplacement des derniers batiments de la ferme Expérimentale. Le 11 Octobre 1965, en vue de créer un groupe d’habitations, le terrain appartenant a Mlle Marie Germaine Guitteau et qui faisait parti de la ferme expérimentale, fut vendu à la société « L’habitat girondin ». On y trouve aujourd’hui 6 lotissements.

• Allée du Bois de Bernis : Il existe dans le secteur un bois portant le nom de son ancien propriétaire.
Tenant : avenue de Noès – En impasse –  Date de la délibération : 03/06/1982 – Longueur 80 m

• Rue de la Fon de Madran : Le nom de Madran, vient du nom de Pierre Madéran notaire du Pape Clément V. Il donna son nom au village et au cours d’eau qui a sa source dans les vignes du Pape Clément.et qui rejoint le Peugue après le cimetière de Pessac. La Fon signifie source, fontaine.
Tenant : avenue de Madran – Aboutissant : avenue de Noès – Longueur 652 m

• Allée Monseigneur Helder Camara : Hélder Pessoa Câmara, ou plus couramment, Helder Camara, né le 7 février 1909 à Fortaleza au Brésil et mort le 27 août 1999 à Recife, est un évêque catholique brésilien, archevêque d’Olinda et Recife de 1964 à 1985, qui est connu pour sa lutte contre la pauvreté dans son diocèse et dans le monde. Défenseur des droits de l’homme au Brésil et une des figures de la théologie de la libération en Amérique latine, il s’engage aux côtés des plus pauvres. La prise de position de l’ « Évêque de Corum » en leur faveur lui donne le surnom de « Évêque des Bidonvilles » ou « Évêque des Pauvres ».
Tenant : rue de la Fon de Madran – Aboutissant : rue Léo Lagrange – Délibération : Décembre 1999 – Longueur 123 m

leo lagrange

Léo Lagrange

• Rue Léo Lagrange : Né en 1900, Léo Lagrange est sous-secrétaire d’État aux sports et à l’organisation des loisirs sous le Front populaire. Après avoir quitté le sous-secrétariat, il devient alors président du Comité laïc des auberges de jeunesse. À la déclaration de guerre, en 1939, alors parlementaire, il rejoint volontairement le commandement militaire, avant d’être tué le 9 juin 1940 d’un éclat d’obus.
Tenant : avenue du Pont de l’Orient – En impasse – Date de la délibération : 28/09/2000 – Longueur 140 m

• Rue de Margaux : Appartenant au vignoble du Médoc, Margaux partage son histoire avec les autres AOC de ce vignoble. Les caractéristiques de ce terroir sont reconnues le 10 août 1954 par l’octroi d’une Appellation d’Origine Contrôlée. Le vignoble margalais s’étend à environ vingt-cinq kilomètres au nord de Bordeaux, sur la rive gauche de la Gironde. Il est situé sur les communes d’Arsac, Cantenac, Labarde, Margaux et Soussans. Le terrain est constitué d’un sous-sol calcaire.
Lotissement La Louvière – Tenant : rue de Saint Émilion – En impasse – Délibération le 22/06/1989 – Longueur 68 m       

Moulin_noes

Moulin de la Ferme dit Moulin de Noès

• Rue du Moulin : Le moulin dont il est question est le moulin à eau du Domaine de Bellevue, devenu par la suite, en 1823,  Domaine de la Ferme expérimentale du Duc de Bordeaux. En 1769, Jacques-Alexandre Laffon de Ladebat (1719-1797), armateur à Bordeaux, décide de diversifier ses investissements en rachetant des terres situées à cheval sur les paroisses de Pessac et de Mérignac. Son fils André-Daniel (1746-1829) va s’occuper des constructions, de l’achat du matériel, des plantations et de la gestion de l’exploitation. La ferme comprend alors une maison de maître, des logements pour les valets, des bâtiments d’exploitation avec une magnanerie, un moulin à vent et, sur la rivière Peugue qui traverse le domaine, un vivier et un moulin à eau. Ce moulin monumental, dit de Noës aujourd’hui, a été construit dès 1775 sur l’emplacement d’un moulin plus ancien en bois. Ce  moulin, seul vestige de la Ferme expérimentale, est répertorié au patrimoine des monuments historiques. Il a été restauré par la ville de Pessac en 2008.
Tenant : rue de la Fon de Madran – En impasse – Longueur 245 m – Anciennement : chemin des Trois-Chalets

• Rue de Saint-Émilion : Saint-Émilion est une commune située dans le département de la Gironde. Le saint-émilion désigne une appellation d’origine contrôlée en vigueur dans la région de Saint-Émilion, faisant partie du vignoble de Bordeaux. Située dans le Libournais, une importante région viticole, la juridiction de Saint-Émilion est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Les vins de Saint-Émilion sont des vins d’assemblage de différents cépages, les trois principaux étant le merlot (60 % de   l’encépagement), le cabernet franc (ou bouchet, près de 30 %) et le cabernet-sauvignon (environ  10 %).
Lotissements : La Louvière–Le Madran – Tenant : rue Albert Laurenson – Aboutissant : rue de Saint Estèphe  – Date de la délibération : 22/06/1989 – Longueur 213 m

• Rue de Saint-Estèphe : Le Saint-Estèphe est un vin rouge appartenant au vignoble de Bordeaux. Il est classé en appellation d’origine contrôlée depuis 1936. L’appellation ne concerne que des vins produits dans une aire délimitée circonscrite à la seule commune de Saint-Estèphe. Le sol de grave commun à toutes les AOC du vignoble du Médoc a une proportion légèrement plus forte d’argile.
Lotissements La Louvière–Le Madran – Tenant : rue de Saint-Émilion – Date de la délibération : 22/06/1989 – Longueur 66m

Quartier du Bourgailh

Sur le plan cadastral de 1813 y figure une lagune appelée « SOUDOUR » Jusqu’à la fin du XXIème siècle, c’était une lande marécageuse d’où ressort le ruisseau du Peugue,  ce mot d’origine latine « PELAGUS » signifiant « eaux débordées de la Forêt » a dû être la base du nom actuel du ruisseau. La  Forêt du Bourgailh étant riveraine du Peugue devait être un marécage par eaux débordées. Notons que Cyprien Bourgailh a été maire de Pessac de 1838 à 1846, le quartier a du prendre son nom

• Rue des As : Normalement, le statut d’as s’obtient au bout de cinq victoires en combat aérien. L’aviation française a compté 182 as de nationalité française dans ses rangs pendant la Grande Guerre, plus quelques pilotes américains (6) et russes (3) ainsi qu’un Suisse ayant servi dans ses escadrilles et atteint le rang d’as. Sur les 182 as français, 37 sont morts pendant la guerre et 27 ont été tués après la guerre dans des accidents d’avion.
Tenant : rue Descartes – Aboutissant : avenue du Bourgailh  – Longueur 335 m

• Avenue du Bourgailh : Cyprien Bourgailh était propriétaire viticole : il possédait un château, le Haut-Bourgailh, à Pessac. On ne sait pas grand chose de lui sinon qu’il a été premier adjoint au maire en 1831 et maire de Pessac du 1er juillet 1838 au 19 juillet 1846.
Tenant : place du Général de Gaulle (carrefour de l’Alouette) – Aboutissant : Mérignac – Date de la délibération 13/03/1926 – Longueur 2406 m

a camus

Albert Camus

• Allée Albert Camus : Né en 1913, mort en 1960, Albert Camus est un écrivain, dramaturge, essayiste et philosophe français. Il fut aussi un journaliste militant engagé dans la résistance et dans les combats moraux de l’après-guerre. L’œuvre de Camus comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l’absurdité de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l’absurde, révolte qui conduit à l’action et donne un sens au monde et à l’existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et à mourir ». Sa critique du totalitarisme soviétique lui a valu les anathèmes des communistes et a conduit à la brouille avec Jean-Paul Sartre. Il a été couronné  à  44 ans  par  le  Prix  Nobel  de  littérature  en  1957 et  son aura reste grande dans le monde. Dans le journal Combat, ses prises de position ont été courageuses autant que déconcertantes, aussi bien sur la question de l’Algérie que sur ses rapports avec le Parti communiste qu’il a quitté après un court passage. Camus est d’abord le témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission. Il sera ainsi amené à s’opposer à Sartre et à se brouiller avec d’anciens amis.
Tenant : rue de la Ferme Expérimentale – En impasse – Longueur 35 m

• Rue Aristides de Sousa Mendes : Aristides de Sousa Mendes (19 juillet 1885 – 3 avril 1954) est un diplomate portugais du XXe siècle. En poste à Bordeaux lors de la débâcle française de 1940, il refuse de suivre les ordres du gouvernement Salazar et délivre plusieurs milliers de visas à toutes les personnes menacées souhaitant fuir la France, sans distinction aucune. Il sera déclaré « Juste parmi les nations » en 1966, puis réhabilité par la République portugaise le 15 novembre 19861, bien après sa mort.
Tenant : Avenue du Bourgailh – Aboutissant Rue Socrate  – Date de la délibération : 2011

• Rue Ambroise Paré :  né vers 1510 (ou 1509 selon les sources) au Bourg-Hersent, près de Laval, et mort le 20 décembre 1590 à Paris, est un chirurgien et anatomiste français. Ambroise Paré, chirurgien du roi et des champs de bataille, est souvent considéré comme le père de la chirurgie moderne1. Inventeur de nombreux instruments, il participe à l’amélioration et à la diffusion d’une technique de cautérisation d’un nouveau genre. L’utilisation généralisée des armes à feu confronte les chirurgiens à des plaies d’une sorte nouvelle, que l’on cautérise au fer rouge ou à l’huile bouillante au risque de tuer le blessé. Paré met au point la ligature des artères2, qu’il substitue à la cautérisation, dans les amputations.
Tenant : rue Gay-Lussac – Aboutissant : rue Descartes – Longueur 85 m

• Rue Charles Péguy Charles Péguy (1873-1914) est un écrivain et poète français. Il entre à l’École normale supérieure. Très tôt, ses prises de position déroutent : croyant, il critique l’Église catholique, socialiste, il s’oppose au pacifisme et à l’internationalisme de la gauche, et nationaliste, il ne rejoint jamais la classe bourgeoise. En 1900, il crée sa propre revue, Cahiers de la quinzaine qui représente un témoignage inégalé sur la vie intellectuelle de l’époque. Si Charles Péguy s’était éloigné de la religion, la menace allemande lui révèle l’existence d’un « mal universel » et le rapproche de la foi. En effet, outre ses essais philosophiques, il est l’auteur de deux œuvres consacrées à Jeanne d’Arc (Jeanne d’Arc et Mystère de la charité de Jeanne d’Arc), et de poèmes oratoires d’un grand mysticisme, telle Ève, vaste fresque poétique en l’honneur des soldats morts au combat.
Tenant : rue Descartes- Aboutissant : avenue du Bourgailh- Longueur  318 m

a rimbaud

Arthur Rimbaud

• Rue Arthur Rimbaud : Poète français, lycéen brillant et poète précoce, Arthur Rimbaud (1854-1891) excelle dans les compositions latines, parmi lesquelles on trouve ses plus anciennes productions en vers connues. Il a écrit : Le dormeur du val, Le bateau ivre, Une saison en enfer  (1873), Illuminations. Lotissement Le Clos du Poète – Tenant : rue Charles Péguy  – En Impasse – Date de la délibération : 18/04/1990    – Longueur 80 m

 

Monbalon 1

Page en construction

Clairière aux pins

Page en construction

Cité canadienne

Page en construction

Revenir en haut