Historique

Les Romains n’ont guère laissé dans la ville que le souvenir très vague d’un certain « Peccus » ou « Pessus », qui aurait donné son nom à Pessac. D’autre part, une villa gallo-romaine aurait été située à Pessac près de l’actuelle église. Le nom de Pessac n’apparut dans les textes qu’au XIIème siècle. C’était une paroisse qui dépendait alternativement du Comté d’Ornon (Gradignan) ou du seigneur de Veyrines (Mérignac).
 
 1299 un Pape au Monteil Au XIIIème siècle la noble et riche famille De Goth (seigneur de Villandraut et Uzeste), a acquis une immense propriété à Pessac, composée de bois, de prés, et surtout de vignes, qui s’étire de la forêt de Magonty au chemin de Mérignac, et de la seigneurie de Veyrines à l’actuelle route d’Arcachon. En 1299, nommé archevêque de Bordeaux, le cadet Bertrand reçoit de la part de son frère ce domaine Pessacais et un manoir (au lieu-dit Forestier). Il se passionne pour ce vignoble qui lui permet de renfl ouer rapidement les caisses de l’archevêché, il décide de la date des vendanges et surveille la qualité du chêne des tonneaux. Élu pape en 1305 grâce à Philippe Le Bel, sous le nom de Clément V, il installe la papauté en Avignon et meurt en 1314, tout comme le roi de France, « peut-être les premières victimes de la malédiction jetée sur eux par le grand maître des Templiers ».
1466 les origines du Monteil Depuis fort longtemps, la place du Monteil a constitué un carrefour important dans l’histoire locale. Sur le plan économique, au Moyen Age, elle était située sur le chemin de bouviers reliant le Bassin d’Arcachon à Bordeaux, par lequel transitaient notamment les produits du bois et de la mer. Les marchands de poissons faisaient un crochet pour livrer le bourg de Pessac (qui à cette époque se trouvait à l’emplacement actuel du quartier du Poujeau) avant de reprendre leur route à la hauteur des Échoppes, d’où l’origine de la rue des Poissonniers. Il n’existait rien de l’actuel centre ville, à part l’église Saint-Martin édifiée au XIème siècle et son minuscule cimetière adossé, entourés de vignes à perte de vue.
Le nom du Monteil est mentionné par écrit, pour la première fois en 1466, juste après la fin de la guerre de Cent Ans. Pessac comptait 50 à 60 familles (350 habitants), à cette époque Bordeaux en comptait 30 000). Au Monteil il y avait moins de 10 familles. L’origine du mot Monteil n’est pas certaine, mais elle pourrait provenir d’un monticule sur lequel il y avait un moulin à vent pour moudre le blé des terres de culture appartenant à l’abbaye St Seurin.

 

Le duc d’Epernon

1650 La Fronde et le massacre des Pessacais Les 20 années précédant la Fronde, des milliers de « croquants », surtout des vignerons, mérignacais et pessacais, ont vu leurs soulèvements durement réprimés par les troupes du Duc d’Epernon, l’impitoyable gouverneur de Guyenne. Les derniers révoltés, tentant de leur échapper, se sont réfugiés dans le prieuré de Cayac, avant d’être massacrés jusqu’au dernier. De décembre 1649 à janvier 1650, pendant la guerre de la Fronde, Pessac fut pillé et brûlé. Les hommes, les femmes et les enfants qui n’ont pu s’enfuir dans les bois furent tués par la cavalerie allemande du Sieur Bonnet. Le château du XVème siècle et le village furent brûlés.

Le moulin de la ferme

1775 Construction de la ferme expérimentale et son moulin : C’est entre le XVIIème et le XVIIIème siècle que le château du Pape-Clément fut reconstruit sur ses ruines, ainsi que les villages de Madran et du Monteil en dur. Tirant parti d’un dispositif royal de 1761, favorisant le défrichement des terres libres du Royaume pour éviter « la disette du grain », car les greniers du Royaume étaient vides et le peuple grondait, la famille Laffon de Ladebat acheta des terres autour du Peugue (Domaine de Bellevue) et fit construire une Ferme expérimentale, pas seulement pour les grains mais aussi pour élever des vers à soie nourris aux feuilles de mûriers. En 1775 un moulin à eau à trois arches fut bâti sur le Peugue à l’emplacement d’un vieux moulin en bois.

 

Passage à niveau à Pessac

1841 Construction de la voie ferrée : Excepté la marche à pied, jusqu’en 1841, seule la force animale permettait de se rendre à Bordeaux ou vers le Bassin. Cette année là fut capitale, avec l’inauguration de la septième ligne ferroviaire créée en France, allant de Bordeaux à La Teste, et desservant Pessac. Le Monteil aura désormais son passage à niveau et une gare facilement accessible à pied, à travers champs. En 1846 il y a 50 maisons au Monteil et autant à Madran (370 habitants pour 1780 sur tout Pessac).

 

Château Pape Clément

1861 Construction du Château Pape Clément : A la fin du 19ème siècle de nombreux châteaux furent construits, le château Pape-Clément actuel en 1861, mais aussi à Madran, au Bourgailh, le Pape-Léon (1880). La plupart de ces châteaux sont des domaines viticoles, faisant de Pessac un haut lieu de production avec 54 vignobles. Les hameaux Monteil, Madran, Le Poujeau sont des villages de vignerons.

 

Croix de mission du Monteil

1869 Les croix de Mission : Après la tourmente révolutionnaire, il fallut, pour l’Église, restaurer la pratique religieuse. Très tôt, dans les diocèses, on recourut à des missionnaires, corps particulier de prêtres soigneusement choisis, dont la tâche était d’aller dans les paroisses, afi n de prêcher à nouveau l’Évangile. Une mission se compose de plusieurs éléments : les cérémonies qui attirent et séduisent, les gloses et sermons qui éclairent les consciences, enfi n, les confessions. Les missions se terminaient ordinairement par l’érection d’une croix. C’est en 1817 que Mgr D’Aviau a organisé la grande mission de Bordeaux et du diocèse. Après et surtout dans la seconde moitié du 19ème siècle, les missions ont été assez fréquentes et l’occasion, souvent, d’ériger une croix. La borne porte en général une inscription  commémorative et la date de la mission. Deux croix furent érigées au Monteil en 1869-70, la première Place Jean Mette (toujours en place), la deuxième était au carrefour des avenues P Montagne et Du Pont de l’Orient. Elle se situe actuellement en face des chais du Château Pape Clément. La borne portait un « L » face à la terre de l’Estonac et de l’autre côté, un croissant de lune qui représentait le port de Bordeaux sur les armoiries.

 

1880 Construction du Chateau Pape Léon :Vers 1880, Monsieur Mondet (1834/1919), architecte et propriétaire, entre la place du Monteil et le château Pape Clément, fi t bâtir un château dans le même style que son célèbre voisin le Pape Clément qu’il n’hésita pas à appeler « Château Pape Léon ». Ce facétieux, ami des arts, agit sans doute par référence à Léon XIII, pape de l’époque, progressiste et pro-républicain, connu pour sa fameuse encyclique dans laquelle il condamna la misère engendrée par le libéralisme industriel. Il fut surnommé le « Pape des ouvriers ».

 

 

1896 Le tramway au Monteil : Cette année là fut inaugurée la ligne de Tramways électriques allant de Bordeaux à Pessac, prolongée jusqu’à l’Alouette en 1898. Plus rapides et plus confortables, les trams remplacent avantageusement les omnibus à chevaux. Ces commodités de circulation avaient surtout grand succès le dimanche, faisant de Pessac un lieu de détente pour la jeunesse bordelaise qui venait y danser.

 

 

Restaurant des aciéries

1916 Les temps modernes : C’est en 1916 que furent construites les Aciéries et Fonderies de Pessac, elles fournissaient les usines d’armement de la première guerre mondiale. L’usine fut rachetée, et réorganisée par Joseph SARTHOULET qui créera en 1923 la SA des Aciéries de Bordeaux, laquelle travaillera en grande partie pour les constructions navales, ainsi que pour les entreprises de Travaux publics. Pessac devint un lieu de plaisance pour les Bordelais qui firent construire des chalets de vacances. Le Monteil devint un lieu de rendez vous des dimanches en particulier « l’hôtel Aciéries » de M. BOIVIN : avec bar, dancing plein air, salle de danses. Il connut ses fêtes foraines début septembre avec l’élection d’une Miss Monteil sans oublier les concours de belote et jeux de quilles.

 

 

Cité Frugès

1924-1926 Construction de la Cité Frugès (Quartier moderne de Frugès) : La construction de cette cité est le fruit de la rencontre de deux personnalités : celle d’un industriel sucrier, Henry Frugès, et celle d’un architecte urbaniste audacieux, Le Corbusier. Frugès, curieux de toutes les innovations artistiques et architecturales du moment, souhaitait créer des logements populaires sur « une vaste prairie entourée de bois de pins, pour y édifier une cité-jardin ». Le Corbusier, muni d’un esprit d’avant-garde, avait déjà abordé les problèmes liés à l’urbanisme, l’habitat collectif et les maisons standardisées. La Cité Frugès-Le Corbusier est née de leurs échanges, et particulièrement de la réflexion de l’architecte, qui adopta des principes strictement fonctionnels et des formes géométriques simples et dépouillées. Ce vaste projet n’a pourtant vu se réaliser que 51 logements sur 136, répartis en 6 modèles communément appelés : « zigzag », « quinconce », « jumelle », « gratte-ciel », « arcade » et « isolée ». La Ville de Pessac a acquis une maison « gratte-ciel » : ouverte à la visite et lieu de diverses expositions tout au long de l’année.

 

1950 début de l’urbanisation du quartier : De riches Bordelais se firent construire de belles résidences secondaires sur Pessac (quartier le Casino) et la population de Pessac augmenta rapidement. (5000 en 1910, 10000 en 1930, 20000 en 1960 et 50000 en 1980). A partir des années 50, au Monteil, petit à petit les vignes et les châteaux vont laisser la place aux lotissements : Le Monteil, les trois Cités Pape-Clément et la Clairière aux Pins (à partir de 1955), Le Haut Monteil (1959), la Cité Canadienne (1963 à 67), la Ferme Expérimentale (1965), le village de Madran (1968), Monbalon I (1972-74) et bien d’autres depuis. De 1957 à 1987 trois écoles (Monteil, J Cartier et Pape-Clément) et un lycée furent construits sur le quartier, ainsi que le Stade Nautique, la salle omnisports Roger Vincent et plus récemment le Galet. La construction de la rocade suscita bien des discussions. Sur la rive gauche, elle a été commencée en 1972 et achevée en 1983.

 
 

Revenir en haut