Clément V

J de Molay sur le bûcher

Clément V «  Le Pape maudit ?» 
 « Pape Clément ! Chevalier Guillaume de Nogaret ! Roi Philippe ! Avant un an , je vous cite à comparaitre au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races. (19 mars 1314). Ces mots auraient été prononcés par Jacques de Molay, grand-maître de l’Ordre des Templiers, lors de son supplice sur le bûcher de l’île aux Juifs à Paris le 19 mars 1314.
Le vendredi 13 octobre 1307, Jacques de Molay, le grand-maître, et les 140 Chevaliers de la maison-mère sont arrêtés à l’Hôtel du Temple par Guillaume de Nogaret, sous des chefs d’inculpation douteux (profanation de la croix, idolâtrie d’une tête de chat, sodomie), tout comme des centaines d’autres Templiers de Province. Le procès dure près de sept ans et, un à un, sous les tortures prodiguées par Guillaume de Nogaret, les Chevaliers du Temple finissent par avouer les crimes imaginaires qu’on leur impute. Sous la pression de Philippe le Bel, le pape Clément V émet le 3 avril 1312 la bulle Ad providam, annonçant la suppression de l’Ordre. Le 18 mars 1314, Jacques de Molay, emprisonné depuis sept ans dans la prison du Temple, est conduit devant la cathédrale de Notre-Dame de Paris pour entendre le verdict du procès, en compagnie de Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, de Hugues de Payraud, visiteur général de l’Ordre, et de Geoffroy de Gonneville, Commandeur d’Aquitaine. La sentence des juges ? La prison à vie. Mais Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay haranguent la foule, affirmant que leurs aveux ont été volés, que les Templiers n’ont commis aucun crime et sont victimes d’une machination. Les deux hommes sont alors condamnés au bûcher. Le lendemain, 19 mars 1314, sur le bûcher dressé sur l’île aux Juifs (en face du Palais de la Cité) Jacques de Molay s’écrie : Pape Clément ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! Coïncidence ou présage , la malédiction du grand-maître allait s’avérer exacte : Clément V décède le 20 avril 1314 , Philippe le Bel meurt dans la nuit du 26 au 27 novembre 1314 ,  ses trois fils mourront dans les douze années à venir, sans laisser de descendance mâle, mettant fin à la lignée des Capétiens directs.

 Sa jeunesse 
Avant de devenir Clément V , 197ème Pape , Bertrand de Got  naquit vers  1264 à Villandraut. Quatrième enfant du sire Béraud de Goth seigneur de Villandraut et d’Uzeste , alors sous domination anglaise. Il passa sa jeunesse au manoir familiale avant de partir poursuivre ses études  près d’Agen où son oncle est évêque. Dès 16 ans il est à Orléans, où il étudie durant 3 ans le droit. Il sera ainsi diplômé de cette Faculté alors la plus réputée de France pour les sciences juridiques. De retour à Bordeaux il s’arrange pour être emmené comme secrétaire par une mission de notables bordelais envoyés auprès du roi d’Angleterre. Avec pour but, réussi, de se faire connaître par le souverain anglais, qui ne manque pas de remarquer les compétences juridiques que ce jeune homme fort intelligent allie si exceptionnellement pour son âge à un sens aigu de la diplomatie. Départ à Bologne, à 20 ans, pour se parfaire en droit romain. Puis études à Rome. Au passage le jeune Bertrand se fait des relations dans la Cour pontificale, réussit même à être présenté au pape Boniface VIII, qui le remarque et lui accorde sa bienveillance. Dès son retour à Bordeaux Bertrand de Got réalise une ascension fulgurante. A 23 ans, il est un temps très bref chanoine de l’Église Saint-André de Bordeaux. Il a 25 ans lors de sa nomination comme évêque de Comminges. Là il déploie aussitôt une intense activité en faveur de l’art et de la restauration des édifices religieux,  autant prétexte à des voyages en Italie qu’à l’entretien de contacts permanents avec Rome et la cour pontificale. Dans le même temps le roi d’Angleterre commence à le prendre comme conseiller pour ses affaires aquitaines. En 1299 le pape Boniface VIII le nomme archevêque de Bordeaux. Bertrand de Goth a 29 ans. Peut-être toutefois n’imagine-t-il pas alors tout de même, ce jeune homme ambitieux, qu’il sera pape dans 6 ans … A cette occasion, son frère Breaud de Goth lui offre une petite propriété de 4 hectares dans la paroisse de Pessac, appelée vignobles de la Mothe. Pris de passion pour la vigne, il fait prospérer son domaine avec des méthodes très recherchées pour l’époque et s’implique dans la gestion, l’entretien et l’organisation. Il fait construire une résidence sur ses terres, celle-ci sera détruite lors de la guerre de 100 ans en 1328. 

Clément V

Son élection
Après un court pontificat, la mort de Benoît XI, en juillet 1304, fit ouvrir le conclave de Pérouse et laissa éclater les dissensions du Sacré Collège. Les discussions s’éternisèrent jusqu’au mois de juin 1305. Soit onze mois de vacance papale . Les cardinaux virent alors arriver Robert d’Anjou à la tête de  trois cents cavaliers aragonais armés. Impressionné par tant de lances, le 5 juin 1305, les cardinaux français et italiens qui étaient représentés à égalité dans le conclave s’empressèrent de se mettre d’accord sur une seule chose : choisir un pontife hors de leur rang. Aussi ils désignèrent Bertrand de Got, l’archevêque de Bordeaux. Le nouveau pape choisit de régner sous le nom de Clément, le cinquième, le 24 juillet 1305. 

Son refus de rejoindre Rome
Après sa nouvelle nomination il rejoint Bordeaux. Le peuple tout au long du chemin le saluait et l’acclamait. Il trouva une ville en liesse lors de son arrivée en juillet 1305. Dans la ville il y avait foule, ainsi que des représentants des monarques. Cela entraîna la prise de mesures de sécurité et de ravitaillement par le Sénéchal d’Aquitaine. Le 4 septembre le Pape partit de Bordeaux et passa, sur son chemin, à Villandraut. Il  fut couronné à Lyon en l’église Saint-Just, le 14 novembre 1305. En mai 1306, il était de retour à Bordeaux. Auparavant, il avait rencontré Philippe le Bel. Le Pape fit part d’un népotisme grandissant; en effet, de ses neveux, nombreux furent ceux qui eurent des charges importantes dans l’église, (cardinaux, chanceliers, gouverneurs… ) et ce, dès décembre 1305. Après une maladie assez grave, il alla se reposer à Pessac, dans son manoir. Ce domaine près de Bordeaux lui avait été cédé par son frère aîné. Il était constitué d’une demeure et de terres, dont la part agricole produisait déjà du vin. Par la suite ce domaine échut à l’archevêché de Bordeaux. De nos jours la terre existe toujours, et le manoir médiéval a été refait au XIXe siècle. Il s’appelle Château Pape-Clément et l’essentiel de la terre est planté de vignes. Puis il passa Noël à Villandraut. Au début de l’année 1307, il reprit la route pour se rendre à Poitiers pour y rencontrer Philippe le Bel. Peut-être y parla-t-on des Templiers ?… En 1308, Clément V est de retour en Bazadais et Bordelais. Le 18 juillet 1308, le Roi de France venant de conclure la paix avec le Roi d’Angleterre, cédant aux instances de Clément V, pardonne aux Bordelais. Puis, il reprit la route vers Avignon et fit une longue halte à Villandraut dans son château qui était en construction, mais dont les travaux étaient déjà fort avancés en novembre 1308. 

Camée à l'effigie de Clément V

Son règne
Clément V fut un Pape déraciné. L’Italie étant en proie à une grande insécurité, il installa la papauté dans le Comtat Venaissin. Il fut ainsi le premier Pape d’Avignon, la ville appartenant alors à la maison d’Anjou, régnante aussi à Naples et vassale de l’église romaine, le Comtat étant propriété de l’église. Clément V est à Avignon au printemps 1309 et loge au couvent des Frères Prêcheurs. La cour, de son côté, loge dans les hôtels et maisons bourgeoises.  Avignon a l’avantage d’être en France et proche de Vienne où doit se tenir le concile. Le Pape séjourna à Vienne de septembre 1311 à mai 1312, date de son retour au prieuré du Grozeau. En fait, Clément V avait toujours le désir d’aller à Rome, dont il est l’évêque ; est-ce pour cela qu’il ne résidait pas à Avignon ? La ville devint la résidence réelle des Papes lors de l’élection de Jean XXII. Mais c’est surtout Benoît XII qui commença la construction du fastueux palais. Clément V vivait plutôt au Groseau à Châteauneuf, et aussi au château de Monteux, propriété du vicomte de Lomagne. De 1312 à sa mort le 20 avril 1314, il ne sera resté que 160 jours à Avignon. Cependant, l’ensemble du personnel pontifical réside à Avignon. Clément V fut le Pape de l’affaire des Templiers. Le Roi de France, Philippe le Bel, monarque puissant mais sans cesse nécessiteux, lorgnait depuis longtemps la richesse de l’ordre du Temple. Ne parle-t-on pas de la fameuse entrevue secrète de Poitiers. Malgré les pressions de Philippe le Bel, l’affaire traîna en longueur. Le concile général de Vienne se réunit le 16 octobre 1311 et le 6 mai 1312. Le 13 avril 1312, en séance plénière, en présence du Roi, il promulgua la bulle « vox in coelo » qui supprimait l’ordre du Temple. Un mois plus tard, le Pape décréta la dévotion des biens du Temple à l’ordre de l’Hôpital Saint-Jean de Jérusalem. Les grands dignitaires de l’ordre, avec à leur tête le Grand Maître Jacques de Molay, avaient été condamnés au bûcher en 1314. Jacques de Molay maudit le Roi de France, Guillaume de Nogaret et le Pape Clément, « à comparaître devant le tribunal divin dans moins d’une année… » Lors de ce même concile, il fut question aussi de la réforme de l’église. Celle-ci fut en fait étudiée dans une commission cardinalice, très dirigée par le Pape lui-même. Le rôle de celle-ci ne se borna presque qu’à rédiger les canons préparés par Clément V. Ces textes en droit canon sont appelés les Clémentines. Clément V produisit plus de 10 500 bulles, dont de nombreuses qui intéressent directement le midi aquitain ; certaines sont datées de Villandraut, d’autres de Pessac . Après 1308, Clément V ne revit jamais sa terre natale et par la même son château tout neuf. En 1312, il avait fait rebâtir l’église du village qui était devenue collégiale ; elle était desservie par un doyen et douze chanoines ; l’église s’élevait contre le vieux donjon familial. 

Sa mort
Mais pour l’instant, dans le Comtat Venaissin, Clément V était au plus mal. Sans doute atteint d’un cancer des intestins, ses « physiciens » (médecins), pour tenter d’apaiser ses douleurs lui faisaient ingurgiter des émeraudes pilées. Rongé par la maladie, il publia le 24 mars les décrétales du concile et quitta sa retraite de Monteux, avec l’espoir de rejoindre Villandraut, le fief de sa famille près de Langon. Le pape atteignit les rives du Rhône le 5 avril 1314 pour s’éteindre, quinze jours plus tard, le 20 avril 1314, à Roquemaure dans la demeure du chevalier Ricard qui l’avait hébergé. La dépouille de Clément V fut ramenée à Carpentras pour des hommages solennels. Durant la veillée funèbre, un cierge renversé mit le feu au catafalque et carbonisa le mollet du pontife défunt.

Gisant de Clément V dans la Collégiale d'Uzeste (Gironde)

Son transfert en Aquitaine 
Le 1er mai 1314, le Sacré Collège arriva à Carpentras pour élire un nouveau pape. Le  conclave qui réunissait vingt-trois cardinaux dont quinze cisalpins et huit transalpins. Les luttes de tendances entre Italiens, Gascons et Français furent telles que deux longs mois passèrent sans qu’un accord fût possible pour trouver un successeur à Clément V. Sous l’inventif prétexte de donner une vraie sépulture au pontife défunt, le 24 juillet, le conclave fut attaqué aux cris de «Mort aux Italiens ! Nous voulons un pape ! ». Les responsables de ce coup de force étaient Bertrand de Got, seigneur de Monteux, et Raymond Guilhem de Budos, Recteur du Comtat, neveux de Clément V. Ils pillèrent la ville, incendièrent nombre de demeures et surtout emportèrent avec eux le trésor de guerre de leur oncle, un million de florins destinés à la croisade. Affolés les cardinaux s’égayèrent comme des moineaux. À la fin du mois d’août 1316, ses restes furent transférés à Uzeste, dans la collégiale comme il en avait exprimé le souhait dans son codicille du 9 avril 1314.  Un peu plus de deux siècles plus tard, en 1577, les Huguenots de Marmande vinrent le profaner et, pour partie, le détruire. Ils brûlèrent les restes de Clément V dans ses habits pontificaux et mutilèrent le visage du gisant. Aujourd’hui, dans la Collégiale, son tombeau a été relevé, et on peut encore lire l’épitaphe : « ici repose d’heureuse mémoire le seigneur Pape Clément V, fondateur des églises d’Uzeste et de Villandraut… »

Sources
‘Clément V le pape maudit’ par Alain Pujol
Villandraut histoire du château
    Jacques de Molay –  Clément V

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *