Transports en commun Fév 2010

C’est le 24 août 2009, en pleine période estivale, et à l’initiative de la Mairie de Pessac, que la société Kéolis nous a présenté, en l’absence de représentants de la CUB, le nouveau plan de transport qui allait être mis en service le 22 février 2010. La mise en place de ce nouveau réseau apporte incontestablement des améliorations en termes de dessertes, de cadencements et d’amplitudes horaires pour les lianes en particulier. La liane 4 qui part de Pessac Magonty dessert Cap de Bos, France, l’Alouette, le Monteil et Pessac Centre avant de poursuivre vers le centre de Bordeaux avec une fréquence de 10 minutes entre 7h00 et 20h00, représente un confort et une régularité qui permet de s’affranchir des tableaux horaires.
Mais ces avancées sont malheureusement ternies par des manques, voire des reculs, qui touchent nos quartiers du Monteil. Et pourtant le comité des quartiers du Monteil avait, dés de la première réunion du 24 août 2009, alerté l’ensemble des décideurs concernés, des conséquences négatives générées par la suppression de la ligne 80. En effet, jusqu’au 22 février 2010, les habitants de ce secteur pouvaient se rendre sans changement de bus, en utilisant les transports en commun, jusqu’à Pessac centre et Pessac Alouette. Or depuis, avec la mise en service du nouveau réseau, les attentes des riverains ne sont pas du tout satisfaites .car si la ligne Citéis 42 permet à une partie des habitants de l’avenue du Bourgailh d’aller vers Pessac Centre, ils ne peuvent plus rejoindre l’Alouette. Le besoin clairement exprimé par les habitants situés le long de l’avenue du Bourgailh, depuis la Cité canadienne, jusqu’à Monbalon, c’est de pouvoir rejoindre directement les commerces et les services de Pessac Alouette. Cette demande est d’ailleurs amplifiée par la construction récente de nouveaux ensembles immobiliers qui densifient la population le long de cet axe. Une solution a pourtant été suggérée par la Mairie de Pessac : modifier le trajet de la ligne « Flexo » afin de répondre au souhait des habitants, mais force est de constater que la concertation n’existe pas et que Kéolis ne nous entend pas.
Il est navrant de constater que le but initial du nouveau réseau Tbc qui est de favoriser l’usage des transports collectifs se traduise dans ce secteur par la nécessité d’utiliser les véhicules individuels pour se déplacer. Nous devons cependant rester mobilisés autour de l’intérêt des habitants de nos quartiers, car dans le passé, nous avons pu, grâce à notre action, faire bouger les choses et faire comprendre que notre intérêt c’est aussi l’intérêt de la collectivité.
Michel Kwiatkowski

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.