Place du Monteil

Depuis fort longtemps, la place du Monteil a constitué un carrefour important dans l’histoire locale, d’un point de vue tant économique que stratégique. Sur le plan économique, au Moyen Age, elle était située sur le chemin de bouviers reliant le Bassin d’Arcachon à Bordeaux , par lequel transitaient notamment les produits du bois et de la mer. Les marchands de poissons faisaient un crochet pour livrer le bourg de Pessac (qui à cette époque se trouvait à l’emplacement actuel du quartier du Poujeau) avant de reprendre leur route à la hauteur des Echoppes, d’où l’origine de la rue des Poissonniers. Il n’existait rien de l’actuel centre ville, à part l’église Saint-Martin et son minuscule cimetière adossé, entourés de vignes à perte de vue.
Le nom du Monteil est mentionné par écrit, pour la première fois en 1466, juste après la fin de la guerre de Cent Ans. A cette époque, Pessac comptait 50 à 60 feux , c’est-à-dire familles, (une douzaine au Poujeau, 7 à 8 au Monteil et les autres dispersés dans quelques maisons nobles et petits hameaux). La proximité du château Pape Clément explique dans une large mesure cette concentration humaine (cf les échos du Monteil n°1). Du point de vue stratégique, le Monteil était un des principaux points de passage entre la seigneurie de Veyrines, à Mérignac, et le vaste comté d’Ornon. Ces deux puissants voisins se faisaient fréquemment la guerre, Pessac passant alternativement sous la domination de l’un ou de l’autre, au gré des alliances et des expéditions punitives. Cet endroit s’est souvent trouvé concerné par ces rivalités incessantes, puis plus tard par les révoltes paysannes surtout de 1630 à 1651.
Dans ces 20 ans précédant la Fronde, des milliers de « croquants », surtout des vignerons, mérignacais et pessacais, ont vu leurs soulèvements durement réprimés par les troupes du Duc d’Epernon, l’impitoyable gouverneur de Guyenne. Les derniers révoltés, tentant de leur échapper, se sont réfugiés dans le prieuré de Cayac, avant d’être massacrés jusqu’au dernier.  Michel ETCHESSAHAR

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.