Voyage à Marquèze

Par cette belle journée pluvieuse du 12 mai le comité du Monteil a organisé une journée à l’écomusée de Marquèze dans les Landes.
Dès 10h 10 nous avons pris le train en g are de Sabres pour traverser la forêt vers le quartier de Marquèze.
Cet écomusée remémore la vie dans les Landes au XIX siècle avant la plantation de la forêt de pins et les bouleversements que celle-ci a apporté dans la vie des paysans.
Tout d’abord un quartier c’est un groupement de maisons qui est rattaché à un village où les habitants vivent en quasi autarcie jusqu’à la première moitié du XIX siècle.
Ils élèvent des moutons qui donnent de la laine et du lait mais surtout le précieux fumier qui fertilise les terres. Ils cultivent quelques céréales pour l’alimentation. Il faut tout fabriquer sur place aussi ils filent la laine, ils tissent le chanvre et le lin, ils fabriquent le pain et le savon. Il y a aussi un meunier, un menuisier, un forgeron, un sabotier.
La société dans le quartier est bien organisée. Le maître possède une grande maison avec un auvent protégé du vent car la maison est toujours orientée dos à l’ouest (vent dominant venu de l’océan). La pièce principale équipée d’une grande cheminée est bien meublé, c’est là qu’on fait les repas de fête. Les chambres ont des lits hauts à baldaquin pour se protéger du froid et de l’humidité. L’entrée quand on revient des travaux dans les champs se fait par la souillarde située à l’arrière. Pour le propriétaire les bœufs sont un bien précieux aussi ceux-ci passent l’hiver dans la maison bien à l’abri, ils ont une pièce qui leur est dédiés. S’il est assez riche il fait mettre des vitres aux fenêtres.
Le métayer qui travaille sur les terres du maître a une maison plus petite organisée de la même manière, les pièces sont plus petites et de simples barreaux en bois aux fenêtres.
Le brassier qui fournit ses bras au propriétaire, habite tout près de la maison du maître pour être à sa disposition, sa maison est petite et pas forcément orienté de façon à être protégée du mauvais temps.
Le quartier est situé sur une partie haute au milieu de la lande humide et peu hospitalière.
Au milieu du XIXème siècle la plantation des pins est décidée pour assainir les terrains. Les municipalités ne peuvent pas assurer tous les frais engendrés, de nombreux terrains sont vendus pour un petit prix à des particuliers qui plantent la forêt pour leur compte.
A partir de ce moment la vie change, les pins donnent la résine, l’or végétal, le salariat se créait pour les résiniers, le chemin de fer se développe, les sylviculteurs s’enrichissent. La vie devient plus facile pour toute la société.
Pour le visiteur du XXIème siècle, le matin il a fallu travailler, nous avons pétris le pain pour l’amener à cuire au four, nous avons vu la fabrication du savon et goûter le bon tourin à la tomate.
Après un bon repas à la Table de Marquèze, nous avons fait la visite guidée du site sans oublier d’aller voir le moulin en fonction au bord de l’eau et dire un petit bonjour aux animaux de la ferme.
Pour terminer nous avons visité l’exposition du musée de Sabres qui retrace la vie dans les Landes au cours des siècles d’une façon très documentée et complète.
Nous avons passé une bonne journée ramené le petit pain que nous avons fabriqué, seul bémol la pluie nous a accompagnée durant toute la visite et nous sommes revenu les pieds bien mouillés.

Au prochain voyage avec le comité du Monteil dans le Lot.
Annie Castaing
Voir toutes les photos >

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.