BaladÔ Domaine de Sybirol

Au cours d’une belle matinée, nous accédons par une allée boisée au Domaine de Sybirol à Floirac. Mr Lafont le propriétaire vient à notre rencontre pour nous faire découvrir ce lieu unique inscrit aux monuments historiques en 2000 pour l’ensemble bâti et le parc de 23 hectares environ. Et nous voici partis pour 2h30 de visites : historique, architecturale et paysagère. Le lieu date de l’époque médiévale :il s’appelait alors château de Feuillas (il n’en reste que quelques soubassements-salle « glaciaire »). Le bâtiment fut entièrement reconstruit en 1723/29 par Bernard de Lamolère de Sybirol avocat au Parlement de Bordeaux. Puis son neveu Jean Baptiste de Lamolère, grosse fortune sucrière, rachète le domaine. Au 19°siécle, le Marquis de Cahuzac-maire de Floirac- devient le nouveau propriétaire. Et en 1912, l’arrière-grand-père de Mr Lafont- maçon- fait l’acquisition de Sybirol (fan de chasse, il y avait des vols de palombes qui passaient par là). Mr Lafont (n’ayant pas d’héritier) a décidé de faire don à la ville de Floirac de son domaine afin d’en préserver l’intégrité et d’obtenir des aides pour entretenir et restaurer certaines fabriques comme le belvédère (coût 150 000 euros). Notre visite a commencé à l’ancienne entrée où a pu être installée et conservée la fontaine de « Monrepos » le propriétaire ayant été exproprié pour la création de la voie rapide traversant les coteaux de Bordeaux. Fontaine donc sans eau… Puis une longue allée mène à la cour carrée où se trouvent les dépendances (écuries, chais, etc.) avant d’accéder à la chartreuse (longue maison bordelaise) -architecte sûrement E Laclotte.
Puis visite de la salle de réception, petit salon, salle à manger et une chambre qui ont conservé lambris, stucs, cheminées et miroirs. L’implantation du bâtiment, à flanc de coteau lui confère une vue imprenable sur la plaine de la Garonne. Dans le parc,se côtoient différentes essences , le cèdre du Liban, le chêne, le cyprès, le hêtre…Le marquis de Cahuzac, passionné d’horticulture, et l’architecte paysagiste Fischer transforment l’ancienne exploitation agricole en véritable parc à l’anglaise où l’on peut encore trouver différentes fabriques :
-le reste d’une serre- grand fronton sur lequel est fixé un rocaillage de calcaire pour installer des orchidées. -un rafraichissoir composé d’un bassin décoré de balustres et d’une salle souterraine. -un belvédère en rocaillage construit intégralement en béton imitation bois. En dessous se trouve le château d’eau.
Et notre visite s’est terminé par un pique-nique très convivial au parc du Castel.
Floirac ne nous a pas tout dévoilé :il reste à explorer le « fil vert » reliant le parc des Coteaux, le parc de Sybirol et son homologue cenonnais, le Cypressat. Belles balades à venir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.