L’INSCRIPTION DU SITE LE CORBUSIER AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

fruges unesco 1Mercredi 11 mai à 18h, Franck Raynal, maire de Pessac, Francine Fort, directrice générale d’Arc en rêve, Michel Pétuaud-Létang, architecte et auteur du Livre « Pessac Frugès Le Corbusier inconnu », Gilles Ragot, directeur-adjoint du département d’histoire de l’art et archéologie  à l’université Bordeaux Montaigne et Jean-Claude Juzan, président du comité de quartier ont signé le texte de lancement du comité de soutien PESSAC UNESCO.

Le texte commun signé ce 11 mai : « Habitants et citoyens de Pessac et de Bordeaux métropole, nous soutenons la demande d’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.
Pessac, par une heureuse combinaison du hasard, de sa situation et de l’action des hommes a vu éclore sur son territoire plusieurs initiatives marquantes dans l’histoire de l’habitat populaire : les Échoppes, les Castors et la Cité Frugès qui est la plus marquante, par son ampleur technique et philosophique et, par l’impact qu’elle eut dans l’histoire de l’humanité, est la démonstration d’une architecture désormais mise à l’échelle de l’homme.
Nous témoignons de la réussite du projet; totalement nouveau à l’époque; de réaliser la maison pour l’homme courant et tout venant qu’a mené Le Corbusier ici à Pessac. La cité Fruges a vécu, vit et vivra à travers ses habitants qui en font un patrimoine vivant, partagé et durable ».

fruges unesco 2Déclaration du Président du Comité de Défense et Fêtes des Quartiers du Monteil : « Au titre de Président du comité de défense et fêtes des quartiers du Monteil j’ai  été sollicitée une nouvelle fois pour participer à cette grande aventure que sera l’inscription du site Le Corbusier au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette demande nous paraît d’autant plus légitime que notre organisation s’est inscrite depuis l’origine de la cité comme défenseur de l’œuvre de Le Corbusier. Le 16 Décembre 1930, les statuts d’une association dénommée « Syndicat de défense des intérêts du quartier moderne du Monteil » étaient déposés à la préfecture de Gironde par son président, monsieur J GABRIEL (avocat à la cour d’appel de Bordeaux et  propriétaire au Monteil). Selon les premiers statuts « Le syndicat a pour but : d’assurer la défense du quartier qu’il représente, de faire les démarches utiles en vue de l’amélioration et de l’entretien des chemins et de leur éclairage, de s’occuper de toutes les questions concernant le gaz, l’eau et l’électricité. De défendre les intérêts des adhérents acquéreurs d’immeuble et généralement de s’occuper de toutes les questions susceptibles d’augmenter le bien être et les commodités etc. Monsieur J.Gabriel, demeurant 8 avenue Le Corbusier-Jeanneret, fut dès le début de 1931 le plus ardent défenseur de l’œuvre de Le Corbusier.
Il proposa en son nom propre et au nom du Syndicat de baptiser de noms définitifs les rues de la cité, de participer aux finitions des peintures de la cité, d’organiser des concours de jardins, de promouvoir la construction et la vente du secteur A entre l’actuelle cité et la place du Monteil. En outre il proposa la constitution d’une documentation bibliographique au sein du Syndicat, l’organisation de conférences et projections d’un film tourné dans la cité pour défendre les solutions avant-gardistes de Le Corbusier au problème du logement social. L’un de ses courriers fit tellement plaisir à Le Corbusier que ce dernier en fit la lecture au congrès de 1931 du CIRPAC (Comité International pour la réalisation des problèmes architecturaux contemporains) et la fit reproduire à Berlin, Francfort et Zurich. Le quartier actuel démontrait les possibilités offertes par la rationalisation de la construction en béton. Mais le secteur A devait être construit de façon encore plus novatrice, en métal, fer et bois, entièrement préfabriqué en usine comme des automobiles. Malgré l’enthousiasme de M. Gabriel et du Syndicat  du Quartier Moderne, l’acharnement d’Henry Frugès, l’aide des Ministres de Monzie et Loucheur, la réalisation de ce secteur rencontra tant d’obstacles qu’il ne pu être fait. Toutefois, ce qui fut réalisé reste encore d’avant-garde, si ce n’est par la technique, du moins par l’esprit, et a généré l’actuel Comité de défense et fêtes des Quartiers du Monteil, l’un des plus dynamiques de la région.
Aujourd’hui notre association soutient d’autant plus cette œuvre en demandant cette inscription au patrimoine mondial. Cette inscription valorisera l’ensemble du patrimoine Pessacais et nous espérons qu’avec ce label l’œuvre d’architecture sera revalorisée. C’est l’ensemble des maisons et des jardins qui constituent l’œuvre de le Corbusier, non seulement architecturale mais aussi artistique, la polychromie étant l’expression du peintre et du poète Frugès.
Cette inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO est un label délivré pour une durée de deux ans renouvelable si les engagements du cahier des charges sont effectivement respectés, par conséquents effectifs et réalisés.
Oui le comité de défense et fêtes des quartiers du Monteil s’inscrit pleinement dans ce comité de soutien afin que cette œuvre soit reconnue comme l’aurait souhaité Jean Gabriel lors de la création de notre association il y a 90 ans.  » Jean Claude JUZAN (Président du comité de défense et fêtes des quartiers du Monteil)

Soutenez la candidature de 17 œuvres de Le Corbusier pour leur inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en vous inscrivant sur le site :
et choisissez « Cité Frugès Pessac ».

Share Button

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. maryse moreau dit :

    Pour sa conception de l’habitat ouvrier comme une œuvre d’art la Cité Fruges est la plus aboutie et rend hommage à la volonté de ces 2 hommes Mrs le Corbusier et Fruges dont j’espère que l’UNESCO saura nous entendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.