Voyage à Fouras

Le jour n’est pas encore levé mais les 60 adhérents inscrits à la sortie du 7 Mai sont déjà prêts à partir. Nous allons en Charente-Maritime où Fouras (ne pas prononcer le S) nous attend. A l’arrivée, Christophe, notre guide de la matinée, est là pour nous présenter la ville. Il nous apprend que Fouras était déjà active à l’époque gallo-romaine, (comme en témoignent des monnaies impériales retrouvées dans son sol) elle a, au fil des siècles, joué avec sa position stratégique de «gardienne à l’entrée de la Charente». Ancien centre de garnison, le site fut le théâtre de plusieurs accrochages avec la Royal Navy, dont le plus illustre fut la «bataille des Brûlots», disputée au large de Fouras et de l’île d’Aix en 1809 (cruelle défaite de Napoléon 1er). Nous entrons d’abord sur le site du Fort Vauban pour y écouter son histoire et admirer la vue sur les îles Madame, Oléron (au loin dans la brume), Ré, Aix et les forts Boyard et Enet. D’abord village de pêcheurs c’est à la fin de XIXe siècle que la ville s’étend et change d’aspect : les plages sont aménagées, des villas sont construites (toujours visibles actuellement). Le chemin de fer arrive en 1873 avec la construction d’une gare terminus, entraînant un essor de la fréquentation touristique. En 1886 le casino de Fouras est inauguré. Nous avons déambulé dans les minuscules ruelles de l’ancien village de pêcheurs où pousse de superbes roses trémières (Christophe nous explique l’origine du nom, les plans venaient d’outre-mer…) et autres clématites, campanules, arums, géraniums… Au centre du village, nous faisons un arrêt à côté du puits où la centaine de personnes qui vivaient là venait se ravitailler. Puis nous continuons vers le quartier des commerces où une halle au poisson (édifiée en 1866) et un marché couvert (avec une façade de style Art déco datant de 1935) sont toujours ouverts tous les matins. Nous revenons vers le fort Vauban pour emprunter le petit train qui va nous faire longer les plages, découvrir les 3 ports, traverser le site ostréicole de la Pointe de la Fumée (1er centre national de production de naissains fournissant le bassin de Marennes-Oléron). Pour ensuite revenir par le bois de chênes verts et pins, véritable poumon de la commune, où sont installés le casino, le cinéma et une salle de réceptions de la ville. Après un fort bon repas dans un restaurant face à la mer, chacun profite d’un temps libre pour retourner faire des emplettes, se promener au bord de l’eau ou profiter du soleil sur un banc de la promenade longeant la plage. Nous avons ensuite rendez-vous avec une distillerie de Cognac où après avoir appris toutes les phases de production de ce nectar et produits dérivés (Pineau, digestifs…) nous en dégusterons (et achèterons) quelques-uns avant de rejoindre Pessac en attendant un prochain voyage.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.