Un week-end avec le Comité

Les 10 et 11 octobre le comité des quartiers du Monteil a organisé un week-end dans le Tarn et Garonne. Malgré une météo morose au départ c’est sans pluie et parfois au soleil que les visites se sont déroulées. L’ambiance était conviviale malgré tous les visages masqués.
Quelques mots sur les découvertes qu’on put faire les participants.

Montauban
Fondée il y a près de 10 siècles au bord du Tarn, la cité médiévale à vocation marchande et militaire s’est transformée peu à peu pour devenir après les Guerres de Religion une ville à l’industrie florissante arborant de belles façades de briques. Fière cité au passé tumultueux. Organisée autour d’une vaste place de marché, protégée par des murailles de briques, la ville tire profit des importants privilèges commerciaux de sa position au carrefour de routes commerciales et en bordure du Tarn, par lequel ses marchands gagnent les ports de l’Atlantique. Dès la fin du 13e siècle, la ville déborde ainsi largement de ses murs, entrainant le développement de faubourgs de l’autre côté de ses fortifications. De cette époque subsistent le pont Vieux, la salle du Prince Noir (musée Ingres) mais aussi la façade de l’église Saint-Jacques.
« Sœur » de La Rochelle Adoptant dès le milieu du 16e siècle les idées de la Réforme protestante, Montauban fait irruption sur la scène nationale durant les Guerres de Religion en devenant la capitale du parti huguenot au côté de La Rochelle. Le clocher de l’église Saint-Jacques, un temps transformée en position fortifiée, porte encore aujourd’hui les stigmates du siège mené en vain par Louis XIII en 1621. Après sa reddition en 1629, Montauban devient une capitale régionale avec le transfert massif d’administrations royales.  Aux 17e et 18e siècles, Montauban se modernise et s’embellit, sous l’action conjointe des évêques et des intendants successifs. Le paysage urbain se transforme, avec la construction de la cathédrale, du palais épiscopal, du collège des Jésuites ainsi que de nombreux hôtels particuliers dissimulés derrière de sobres façades. Montauban connait alors une grande prospérité, exportant notamment de célèbres draps de laine appelés cadis.

 Bruniquel
Perché au sommet d’une falaise, Bruniquel a pour écrin la splendeur naturelle des gorges de l’Aveyron. Le bourg fortifié bâti en étages joue une partition harmonieuse et parfumée, ruelles escarpées pavées de galets, belles demeures égrenant les siècles. Classés «Monuments Historiques» en 1840 par Prosper Mérimée, les deux châteaux offrent quelques raretés telles que le donjon du 12ème siècle, une cuisine du 17ème, la salle d’apparat réaménagée au 17ème siècle …

 Moissac ville d’art et d’histoire :
Issue de siècles de constructions, de mutations, la  ville s’est développée aux pieds des coteaux du Quercy, autour de son monastère roman. Territoire occupé depuis l’antiquité le bourg n’apparaît qu’au moyen-âge grâce au rayonnement culturel, politique et économique de l’abbaye Saint pierre. La ville, le Tarn, son port, ses moulins, ses échanges commerciaux font la fortune des négociants moissagais. Cet âge d’or se manifeste par la prospérité de le ville, façades des maisons, ses hôtels particuliers le long du Tarn. Après la terrible crue de 1930, la reconstruction de quartiers entiers donne un site remarquable pour le style Art déco.

L’abbaye de Moissac :
Chef d’œuvre de l’art roman l’abbaye et son cloître sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco en tant que bien des  » Chemins de Compostelle « . Voie du Puy en Velay, Moissac, St Jean Pied de port. L’emprise de l’abbaye et son cloître a été fortement réduite par la construction de la ligne SNCF passant au nord de l’abbaye. Le cloître avec ses 76 chapiteaux bien conservés, les sculptures de son portail montre l’importance du rayonnement culturel de l’abbaye. 

AUVILLAR
Classé parmi les plus beaux villages de France, la cité d’Auvillar domine fièrement la vallée de la Garonne depuis l’Antiquité.
La tour de l’horloge, porte monumentale du XVIIème permet un accès unique au centre historique du village. Elle accueille de nos jours le musée de la batellerie.
La place triangulaire, bordée de riches demeures en brique et pierre des XVIIème et XVIIIème  témoignage du passé prestigieux de la cité marchande, forme un véritable écrin pour la halle aux grains, circulaire, dont les colonnes toscanes confèrent une élégance et un cachet unique à ce monument classé qui abrite le marché fermier du dimanche matin.
Flâner dans les ruelles pavées pour découvrir les maisons à colombage et encorbellement, le palais des Consuls, le lavoir et bien sûr, l’immanquable point de vue sur la vallée de la Garonne et les coteaux du Quercy situé place du château.
L’église Saint Pierre, une des plus vaste du Tarn-et-Garonne, est ornée d’un retable baroque exceptionnel (actuellement en restauration). Le parvis, récemment rénové, permet d’apprécier la splendeur de la façade ouest du monument.

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.