BaladÔ Visite de Terra Safran

Il faut entre 150 et 200 fleurs pour produire 1 gramme de safran

Nous étions 20 qui nous étions donné rendez-vous sur les terres de « Terr’à Safran » afin de découvrir ce petit bulbe, originaire de Grèce, appelé ‘crocus saltivus’. Cette balade débute nos activités avec l’horaire d’hiver, elle est guidée par Daniela et Lolita. Le safran est la seule épice produite à partir d’un bulbe. Planté en Juillet/Août, il développe son feuillage en septembre et fleuri en octobre-novembre. Le feuillage persiste tout l’hiver jusqu’au mois de mars – avril où il fanera pour se désagréger et laisser le bulbe se reposer pendant l’été. C’est la période dormante des bulbes. Les fleurs  sont récoltées à la main, une par une, dans un panier et ce tous les jours pendant un mois environ. La durée de vie d’une fleur est de 24 heures.  La fleur est ensuite émondée. Les stigmates sont séchés, pesés, puis mis en pot pour 1 mois de repos. Il faut entre 150 et 200 fleurs pour produire 1 gramme de safran.
Le prix du kilo donne le vertige : 35 000€ !!
Le safran a longtemps été connu comme une plante médicinale. C’est un antioxydant, relaxant. et stimulant de la digestion. Il est riche en fer et en magnésium et source de vitamine B6. Nous avons été accueillis sur la propriété familiale (5ème génération) qui a mis en œuvre la permaculture, dans leur cas associant la vigne et le safran en agriculture biologique à Nérigean, à 8km de Libourne et 20km de Bordeaux, en Gironde (33). visite de la safranière avec explications sur la genèse du safran, son origine, sa culture, et son utilisation culinaire d’aujourd’hui. Forts de ces nouvelles connaissances, nous sommes partis pour une marche à travers vignes et bois. Sur des petits sentiers, où nous avons découvert les maisons des abeilles, sorte d’abri pour abeilles esseulées. Dans un ciel superbe, les « Bernaches » nous ont fait une démonstration de vol.
Découverte de l’Église St Martin inscrite au classement des monuments depuis 1926. L’église est en partie romane. De cette époque il reste notamment, sur la face nord, un contrefort plus étroit au pied et à travers lequel est pratiqué une fenêtre. La nef fut en grande partie refaite au 16e siècle, couverte de voûtes d’ogives. Nous observons aussi la superbe croix de cimetière en pierre, du 16e siècle : classement par arrêté du 20 décembre 1907. Retour vers la ferme à travers la campagne et les vignes aux couleurs d’automne . A notre arrivée, nous attendait une dégustation de madeleines au safran et d’une boisson sous forme de kir également au safran.Cet après-midi s’est achevé par une halte dans la boutique où certains ont débuté les achats de Noël. Retour vers Pessac après cette belle balade découverte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.