journées du patrimoine

P1050771L’exposition sur la Ferme Expérimentale lors des dernières Journées du Patrimoine a suscité un vif intérêt. Nos visiteurs ont tous été surpris par la grande richesse et la qualité de la documentation Cette expérience sur le Domaine de Bellevue, même si elle a été éphémère méritait toute notre attention car, outre une aventure agricole, c’est aussi une histoire d’hommes qui ont durablement modifiés le paysage de la région. L’implication d’André-Daniel Laffon de Ladebat dans le développement de ce domaine, sa passion pour la botanique et son intérêt pour les idées physiocratiques le font désigner dès 1775 comme correspondant régnicole de l’Académie d’Agriculture de Paris. La physiocratie est un courant de pensée essentiel apparu au XVIIIe siècle, en réaction contre le colbertisme français, qui avait paralysé l’économie. En préconisant la liberté, et le laissez-faire des hommes, les physiocrates vont s’imposer comme précurseurs de la pensée libérale classique future. Ainsi, pour les physiocrates, seule l’agriculture permet de dégager un produit net, un surplus qui permettrait un progrès économique. La Ferme Expérimentale est un élément réalisé tardivement et dans un contexte difficile, d’un programme plus vaste, celui d’un milieu qui se constitue à Bordeaux au début du siècle, autour d’une philosophie sociale, d’une doctrine. Les principaux actionnaires, fondateurs de la Ferme, sont les promoteurs de tous les grands travaux de Ponts et Chaussées, de toutes les entreprises agricoles et industrielles réalisées à Bordeaux et en Gironde de 1808 à 1830. Ils sont propriétaires, créateurs de domaines agricoles exemplaires associés à des manufactures. Ils assurent, sous des noms nouveaux variant avec les régimes, la continuité des Sociétés Savantes du XVIIIème siècle, maintiennent leurs ramifications, leurs relations nationales, internationales. C’est au sein de la Société Philomathique que s’élabore et se défend, de 1808 à 1823, le projet de la Ferme Expérimentale. La Société Linnéenne en assure la publicité, suit, visite toutes les expériences agricoles, dont celle de la Ferme Expérimentale, les présente, commentées, dans « l’Ami des Champs ». C’est dans la Ferme Expérimentale qu’elle célèbre, en 1825, sa fête annuelle.
Cette ferme a l’existence certes éphémère (1823-1828) a malgré tout joué un rôle important dans cette société.
Que reste-t-il de cette ferme : un moulin à eau à la remarquable façade amont du XVIII° siècle. Il est le seul existant encore sur le Peugue, où dix moulins à grains furent édifiés tout au long du XVIII° siècle. Il est le témoin du spectaculaire défrichement de la lande la plus proche des graves de Bordeaux (au bout des vignes du Pape Clément), sur les communes de Mérignac et Pessac où était la Ferme expérimentale du moulin. Après la destruction en 1970 de la ferme expérimentale, en juin 1975 les Amis du Beau et du Vieux Pessac entreprennent une action pour la sauvegarde du moulin abandonné aux pillards et autre dégradeurs. Le 2 septembre 1980, en accord avec le propriétaire du moulin M.Pérusat, une équipe de notre Association met une toiture provisoire suite à l’effondrement de celle du XVIII° siècle et procède au murage des ouvertures, pour le sauvegarder des intempéries et du vandalisme. Le 2 décembre 1980, la ville de Mérignac cède à la municipalité de Pessac, au prix du domaine public, une parcelle de 1160 m2 qui sera un espace vert avec 2 à 3 mètres devant être maintenus libres.Après neuf années d’efforts pour la sauvegarde du moulin, l’acte d’achat  au prix du domaine public est signé en février 1984 entre M. Pérusat, ancien propriétaire et M. Jean Claude Dalbos, Maire de Pessac à l’époque, en présence de M. Raphaël Saint Orens président des Amis du Beau et du Vieux Pessac. Le 28 décembre 1984, le moulin est classé à la demande de notre Association avec l’appui de Pessac. Vers la fin de l’année 2006 la municipalité de Pessac, à la demande Pierre Auger Maire de Pessac, entreprend la restauration du moulin.
Alors curieux, voisins de la rue de la Ferme expérimentale où du moulin sont repartis Samedi ou Dimanche enrichis, s’étant approprié une partie de ce patrimoine qui nous concerne tous. Janine FOURNEREAU

 

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.