Balado ‘Bassin des lumières’

Le vendredi 18 septembre 2020, première visite culturelle autorisée après le confinement. Nos pas nous ont conduits à Bordeaux nord, dans le bâtiment de la base sous marine. De façon à respecter au mieux les consignes sanitaires, l’assemblée a été divisée en deux groupes, avec entrées décalées.

Rappel historique du monument: Lors de l’Occupation, les Italiens installèrent dès 1940 une base sous-marine dans le port de Bordeaux, constituant une part de leur effort dans la bataille de l’Atlantique. Son nom de code était « Betasom » : « bêta » pour la lettre grecque initiale de Bordeaux, et « som » pour « sommergibili » (« sous-marins » en italien).

Elle abrite les sous-marins italiens de la 11e Gruppo del Fero Subacqueo Italiano in Atlantico en 1940. Entre septembre et novembre 1940, 28 sous-marins arrivent à Bordeaux ; ceux-ci seront rejoints par quatre autres1. La base dépend des Forze subacquee italiane in Atlantico, dirigées par le contre-amiral Parona, sous le commandement de la Marine italienne. Les opérations sont sous le contrôle du commandement allemand des sous-marins.

Matériaux utilisés : Béton armé, béton, granit
Utilisation : Base sous-marine, stockage, réparation
L’état-major et les équipages sont logés dans l’ancienne gare maritime de la Compagnie Transatlantique1 juste en face du bunker, de l’autre coté du bassin à flots.

L’organisation Todt commence la construction en septembre 1941 au bassin à flot no 2 de Bacalan. La construction va durer 22 mois2 sous la supervision d’Andreas Wagner, comme pour les autres bases sous-marines allemandes3.

Le bâtiment est constitué d’un bloc de béton armé de 245 mètres de long sur 162 mètres de large et 20 mètres de haut. Une tour bunker de 48 × 73 mètres lui est adjointe. Il abrite onze alvéoles de 100 à 115 mètres de long, sept des alvéoles pouvant accueillir un sous-marin et quatre pouvant en accueillir deux. Le tirant d’air est de 11,40 m3 et le tirant d’eau de 9 m (avec un marnage de 1,5 m)3.

L’ensemble était couvert par un premier toit en béton armé de 3,5 mètres d’épaisseur. Il fut recouvert par une seconde dalle de 2,10 mètres d’épaisseur. À partir de 1943, avec la portée accrue des bombardiers alliés délivrant des bombes plus puissantes, les Allemands décidèrent de renforcer le toit en posant au-dessus une structure dite « Fangrost »2. Il s’agit d’un ensemble de poutres en béton de 32 tonnes placées parallèlement, espacées de 5 à 6 mètres et recouvertes d’autres poutres plus petites placées perpendiculairement aux premières. Ce dispositif devait provoquer l’explosion de la bombe avant qu’elle n’atteigne la dalle2. Mais ce « treillis » n’était pas achevé en août 1944.

600 000 m3 de béton furent nécessaires pour la construction. L’organisation Todt employa plusieurs milliers d’ouvriers2. Certains servaient volontairement, la plupart étant prisonniers de guerre ou requis dont plus de 3 000 républicains espagnols, « les rouges » (on estime que plus de 70 y sont morts)4, mais également des Français, des Italiens, des Belges et des Néerlandais2.

Après-guerre
La base reste un imposant vestige de la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps elle a été laissée quasiment à l’abandon, seuls les ateliers étaient occupés par de petites entreprises de métallurgie et de réparations maritimes.

Le site a ensuite abrité un musée de la plaisance, et il est aujourd’hui un espace culturel très visité : sur les 42 000 m2 de cette imposante construction de béton, 12 000 m2 environ sont ouverts au public.

Le 14 avril 2012, devant la base sous-marine, a été inauguré un Mémorial en hommage aux républicains espagnols, travailleurs forcés employés sur le chantier de construction. 70 d’entre eux y ont laissé leur vie, et, d’après plusieurs témoignages, certains seraient ensevelis dans le béton armé des fondations4.

Un projet culturel, confié à Culturespaces, dénommé Bassins de lumières a ouvert au printemps 2020 (mi juin)

C’est ce dernier événement que nous sommes venus découvrir : L’expo des œuvres de Gustave Klimt mise en valeur avec la musique de Paul, Klee.

Gustav Klimt, né le 14 juillet 1862 à Baumgarten et mort le 6 février 1918 à Vienne, est un peintre symboliste autrichien, et l’un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau et de la Sécession de Vienne

le portrait d’Adèle dont l’histoire a fait l’objet d’un film « La Dame au tableau » : inspiré d’une histoire vraie, celle de Maria Altmann, (interprétée par Helen Mirren), une juive rescapée de la shoah souhaitant récupérer les tableaux du peintre Gustav Klimt, notamment celui d’un portrait doré de sa propre tante Adèle, que sa famille possédait avant la guerre.

Si vous voulez voir les 161 oeuvres de ce peintre autrichien, suivre le lien ci dessous

https://www.wikiart.org/fr/gustav-klimt

L’ambiance de la Base sous Marine est très particulière et surprenante lors de la première visite, car nous entrons dans un univers très noir, sans lumière, mais c’est ce qui met l’exposition en valeur !!

L’exposition numérique présente les œuvres qui ont fait la singularité et le succès de Klimt : sa période dorée, ses portraits et ses paysages. Dans la Vienne impériale de la fin du XIXe siècle, Gustav Klimt figure parmi les grands peintres décoratifs des somptueux monuments de la Ringstrasse.

Dans les galeries des panneaux explicatifs sur l’histoire de la Base et des différentes écoles de peinture de l’époque
A la sortie la boutique du Musée a bien plut à plusieurs participantes !!

Rendez-vous à la prochaine visite ou balado.

Share Button

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.